Critique de film

pub

Intacto

"Intacto"
affiche du film

Tomas, jeune voleur, est l'unique survivant d'une effroyable catastrophe aérienne. Il pourrait bien être l'instrument idéal de la vengeance de... Federico, qui a survécu à un tremblement de terre et a découvert qu'il possède le pouvoir de voler leur chance aux êtres humains simplement en les touchant. Il a le Don. Pendant des années, il a été le protégé du Dieu de la Chance en personne... Sam est le survivant absolu, celui qui a tout perdu sauf la vie pendant les pires heures de la Seconde Guerre mondiale. Il est théoriquement intouchable et dirige à présent un casino, palais de lumières perdu au milieu de nulle part, avec l'aide de Federico. Lorsque Federico décide de rompre leur association, Sam le bannit du paradis et lui retire sa capacité à voler leur chance aux autres. Federico veut à tout prix revenir et défier le Maître à son propre jeu. Pour cela, il va se lier à Tomas, sur lequel enquête... Sara, une femme policier, sortie indemne de l'accident de voiture qui a coûté la vie à toute sa famille. Elle s'est juré de découvrir la vérité cachée derrière un lieu de pari clandestin où se mêlent la mort et la chance. Sur le chemin qui va les conduire vers le casino et Sam, Tomas et Federico vont suivre un parcours initiatique désespéré, s'embarquer pour une étrange série d'épreuves et de défis qui vont les opposer à leurs semblables. Avec Sara aux trousses, leurs routes devront forcément se croiser là où l'on joue au plus mortel des jeux, là où aucune règle n'a plus cours...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Intacto - Lucky number
Par : Damien Taymans

Quand le pauvre ouvrier portugais empoche fortuitement la grande cagnotte d’Euromillions, le commun des mortels fustige son incroyable chance, mettant volontairement sous réserve le parcours chaotique du pauvre bougre avant qu’il ne soit devenu un héritier Hilton. De la malchance émane parfois la chance, semblable à celle qui frappe ces incroyables rescapés de crashs aériens ou ferroviaires. Il en va ainsi pour un cambrioleur en fuite, une flic en plein désespoir et un expert en assurances peu convaincant. Tous partagent un passé commun à peu de choses près, chacun ayant échappé à un destin funeste. Rescapés d’un accident d’avion, d’un accident de voiture ou d’un tremblement de terre, tous ces personnages concourent dans le Circuit afin d’accéder à la grande finale qui leur permettra d’affronter le Juif, propriétaire d’un casino qui jouit d’une chance inouïe depuis son étonnante survie dans un camp de concentrations…

Le fantastique espagnol occupe une place de plus en plus fondamentale dans le panorama du cinéma de genre européen. Les péloches d’Amenabar, De la Iglesia ou encore celles, plus récentes, de Balaguero et Bayona suffisent à attester du pouvoir transcendantal de ce cinéma particulier, qui se veut autant sensitif que contemplatif, s’acharnant à définir des situations souvent complexes et à immerger le spectateur dans une introspection jamais relâchée des protagonistes placés au sein de l’aventure. Fort de son expérience sur son précédent court Esposados, nominé aux Oscars et aux Goyas, Juan Carlos Fresnadillo persévère dans la description de la chance, dotant son intrigue d’un regard foncièrement moins cocasse. En effet, les Chanceux possèdent ici un pouvoir surnaturel qui leur permet de phagocyter la chance d’inconnus et de la capitaliser, conservant de surcroît la photo Polaroïd de leurs victimes pour les remettre en jeu à chaque étape de leur parcours. Une compétition acharnée jalonnée de nombreux paliers leur ouvrant les portes de la grande finale, apothéose du métrage : l’opposition avec le Juif (Max von Sydow), invaincu depuis ses débuts au périlleux jeu de la roulette russe.

L’atout principal du métrage réside dans son scénario qui aborde de manière originale une thématique déjà allègrement reprise par le ciné de genre (Incassable de M. Night Shyamalan notamment) et explorée en de nombreuses occurrences par les auteurs fantastiques. Peuplé par une série de gameurs touchés par une fortune providentielle, l’intrigue volète de l’une à l’autre de ces figures et délaisse un temps son tandem principal pour camper chacun des rouages d’une machinerie maudite. Sublimée par la photographie de Xavi Gimenez, chef op’ attitré de Balaguero qui oeuvra notamment sur le Transsiberian de Brad Anderson et le Abandonnée de Nacho Cerda, l’œuvre regorge de séquences intenses et éprouvantes (la course en milieu sylvestre les yeux bandés) qui sont autant d’épreuves autant pour les personnages que pour les spectateurs, entraînés dans cette étrange loterie par une empathie finement ciselée par le cinéaste. Elaboré comme un jeu intriguant dont les règles se découvrent peu à peu, Intacto déroute autant qu’il enivre, Fresnadillo s’amusant à brouiller les pistes et à multiplier les interrogations concernant les destins croisés des quatre protagonistes.

Thriller surnaturel hors du commun, Intacto constitue un mix improbable entre Incassable et The Cooler, évoquant le côté surnaturel du premier et empruntant au second un pessimisme dramatique profond. Fresnadillo offre une première œuvre froide, désabusée, cinglante qui séduit autant qu’elle déboussole.


Commentaires sur le film

La chance tourne .... trop !

2 etoiles

Oui le sujet est surprenant, oui la mise en scène est interessante mais qu’est ce que c’est long !

26 mars 2009 à 12:03 | Par Isokilla

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Hellboy
2019
affiche du film
Five Fingers for Marseilles
2017
affiche du film
The Unthinkable
2018
affiche du film
Deadtectives
2018
affiche du film
Iron Sky 2 : The Coming Race
2019
affiche du film
American Animals
2018
affiche du film
Simetierre
2019
affiche du film
In Fabric
2018
affiche du film
Domestik
2018
affiche du film
Aniara
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage