Interviews

Interview de Jack Messitt (réalisateur de Midnight Movie)

8 novembre 2008 | Par : Quentin Meignant

Le tueur va sortir de l’écran !

Il est de ces oeuvres américaines qui, sans jouir de budgets conséquents, font leur petit trou dans le panorama du cinéma de genre. Partant de rien, les réals de ces films presque inconnus en Europe grappillent petit à petit une certaine notoriété au fil des festivals et sorties DVD au pays de l’Oncle Sam. A tel point qu’ils s’offrent ensuite une sortie mondiale et envahissent les rayons de nos vidéothèques, rivalisant largement avec d’autres productions plus conséquentes. A ce titre, Midnight Movie, du très sympathique Jack Messitt, est précédé d’une réputation flatteuse qui devrait lui valoir d’être vu par bon nombre d’Européens dans les années à venir. Ce métrage, qui raconte l’histoire d’un serial-killer qui sort de son film pour décimer une salle de cinéma toute entière, fera encore du bruit et vient d’ailleurs de glaner deux récompenses au très estimé Festival du Film d’Horreur de Chicago.

Bonjour Jack, pourrais-tu nous décrire ton parcours jusque maintenant ?

Midnight Movie est mon premier long-métrage, mais j’officie déjà comme directeur de la photographie et chef-opérateur depuis 15 ans. Cela inclut des projets de tournage en Thaïlande, à Hong Kong, en Belgique, au Canada, aux Philippines et à travers les Etats-Unis. Je suis aussi premier vice-président de la Society of Camera Operator.

Tu as donc déjà pas mal bourlingué dans le monde du cinéma. Quelle est ta meilleure expérience ?

Que ce soit comme directeur de la photographie ou chef-opérateur, j’ai eu la chance de m’atteler à des projets de natures très diverses. J’ai travaillé sur des émissions de télé réalité comme American Idol, des lives comme CD:USA et des concerts comme ceux de Maroon Five et Norah Jones. Mais aussi sur des séries comme Bones et des longs-métrages tels que Irreversi et The curiosity of Chance. J’aime bien alterner entre les styles et les genres. Cela reste ainsi toujours attrayant comme métier et le challenge reste entier de projet en projet.

Midnight Movie raconte l’histoire d’un serial-killer de film qui sort de sa toile pour aller massacrer les spectateurs dans la salle de cinéma. Quelles ont été vos influences pour construire cette histoire ?

Ce que je recherchais en faisant Midnight Movie, c’était de proposer une relecture fun des slashers des années 80. Je pense que nous avons avant tout essayé d’adapter cette formule au travail d’aujourd’hui, mais sans que cela ait été une véritable aide, on peut retrouve un peu de l’esprit de Vendredi 13 et des Griffes de la nuit dans notre film. Par contre, quand cela vient de The Dark Beneath, le film dans notre film, cela se base plutôt sur de nombreuses oeuvres des années 60 et du début des 70’s : Massacre à la tronçonneuse, La nuit des morts-vivants et Psychose sont les principales influences.

Doit-on s’attendre alors à des effets très gores ?

Midnight Movie est justement fermement et régulièrement ancré dans le gore. Je voulais que les meurtres soient le meilleur apport du film. Si le film débute par un meurtre vraiment costaud, ça devient difficile parce que tu as peu d’éléments pour partir de là. Aujourd’hui, trop de films commencent par une séquence gore poussée au maximum dès la première scène ou mettent en place une scène trop représentative de l’ensemble du film. Donc, j’ai décidé de montrer les meurtres dans le film comme une évolution de l’histoire du cinéma d’horreur. Au début, vous verrez des plans juste avant et juste après les crimes, comme Hollywood l’a fait très tôt. Mais au fil du temps, les meurtres hollywoodiens sont devenus de plus en plus gore, c’est donc ce qui arrivera dans Midnight Movie. Et nous sommes allés jusqu’à une séquence de « Torture porn ». Et alors que l’on avance vers des séquences de plus en plus flippantes, il y a petit à petit de plus en plus de gore. Et ça va jusqu’aux pires scènes qu’un réalisateur peut vous montrer !

Quel était le budget de Midnight Movie ? Qu’aurais-tu mis en place avec quelques millions de plus ? Plus de sang ou d’effets spéciaux ?

Nous avions plus ou moins 1 million de dollars pour faire le film. Cela représente beaucoup d’argent sur un compte en banque personnel, mais pour faire un film, c’est assez limite ! Je pense que nous avons fait un bon travail mais c’est sûr que l’argent se voit à l’écran. Nous avons tourné en 35 mm, nous avions des bons effets réels et nous avons terminé le tout avec quelques effets réalisés à posteriori.

Si j’avais eu plus d’argent, j’aurais filmé toutes les choses que je voulais. Avec un budget limité, le temps de tournage se voit forcément limité aussi. En tant que réalisateur, tu as l’aspect temps à gérer. Il y a toujours des scènes où on voudrait avoir plus de temps pour les rendre parfaites. Mais j’imagine que chaque réal dirait la même chose, même ceux qui ont 100 millions de dollars de budget !

Midnight Movie a gagné deux récompenses (meilleure photographie et meilleur long-métrage) au Chicago Horror Film Festival. Est-ce un aboutissement pour toi ?

Nous ne pouvions rêver mieux comme départ pour le film lors de notre première au Chicago Horror Film Festival. Cette récompense vient de véritables fans de films d’horreur et nous l’avons emporté face à d’autres grands films en lice dans le festival. Ayant grandi à Chicago, c’est très sympa pour moi de remporter une récompense dans ma ville natale.

Quel est, pour toi, la récompense suprême ?

Avec un petit métrage comme le nôtre, sortir le film est un immense challenge en lui-même. Vraiment, je suis juste content d’avoir amené ce projet si loin... Le reste, c’est que du bonus !

Avec un film d’horreur, gagner un Oscar n’est généralement pas le but. J’ai fait ce film pour les fans de films d’horreur. Au vu des audiences, notre création est sur les bons rails, c’est la plus belle récompense que je pouvais demander.

Prendrez-vous part à des festivals européens ?

Midnight Movie sera projeté la semaine prochaine au Festival de San Sebastian et au Festival "Mauvais Genre" de Tours en avril 2009. Nous avons postulé pour d’autres projections et nous vous tiendrons au courant des avancées de ces dossiers.

Midnight Movie sort aux USA le 6 janvier 2009 en DVD. Avez-vous déjà trouvé un distributeur francophone ? Sinon, que diriez-vous pour convaincre les acheteurs potentiels ?

Nous avons déjà travaillé pour obtenir une distribution en France et nous espérons que l’affaire se conclura bientôt. S’ils ont besoin d’éléments plus convaincants, je pointerai juste les réactions des spectateurs, ici, aux Etats-Unis. Je suis tellement heureux de la manière dont le film a été perçu, c’est cela le meilleur outil de vente que nous avons !

Avez-vous déjà de nouveaux projets ? Quelle sorte de film rêveriez-vous de faire ?

Je suis en pourparlers au sujet de plusieurs projets pour mon prochain film en tant que réal. Mais je suis actuellement le directeur de la photo sur un long-métrage abordant le sujet du trafic d’êtres humains. Nous tournons en ce moment en Asie et nous finirons à la fin de l’année.

Je rêve de nombreux projets, mais j’aimerais diriger un film popcorn, genre blockbuster estival. Quelque chose qui a un budget décent pour réussir toutes sortes de prises et d’effet que je pouvais seulement imaginer pour Midnight Movie. Mon but est de divertir la plus large audience possible avec chacun de mes films. Si je pouvais faire ça, je serais vraiment chanceux.

Merci Jack pour cette interview et longue vie à Midnight Movie !

(Interview réalisée par Mae-Nak)

TRAILER DU FILM

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018
affiche du film
Mercy Christmas
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage