Interviews

Interview de John Suits (réalisateur de Breathing room)

21 octobre 2008 | Par : Damien Taymans

Entre Wan et Bousman...

Au sein de la Sélection Extrême d’Emylia trône ce Breathing room, ersatz fauché du cinglant Saw émanant d’un James Wan débutant. A sa tête, deux amoureux du suspense qui ne jouissent d’aucune prétention, si ce n’est celle, toute relative, d’avoir pu fournir un produit honnête réalisé avec une fournée d’inconnus et quelques menus dollars. Pas essentiel mais sympathique, ce Breathing room entend démontrer, une fois de plus, que le cinéma n’est pas qu’une affaire de gros sous...

Peux-tu revenir sur la genèse de Breathing room ?

Breathing room est né d’un concept bâti autour de l’idée d’une étude sur le comportement humain. Dans le même goût que des films comme Saw. Mais j’ai décidé de me concentrer davantage sur les relations humaines que les personnages entretiennent que sur l’adrénaline générée par cette situation.

Comment as-tu rencontré Gabriel Cowan, ton co-réalisateur ?

Gabriel et moi émanons de la même école de cinéma. Nous partageons tout un tas d’idées identiques en matière de goûts cinématographiques. Nous avons donc décidé de réaliser Breathing room ensemble au moment de nos vacances estivales.

Comment vous êtes-vous distribué les tâches sur le tournage ?

L’équipe étant très réduite, low budget oblige, nous avons tous effectués des tâches diverses.

Votre film s’apparente au niveau de la thématique à Saw ou Cube. Deux références pour votre travail sur Breathing room ?

Saw et Cube furent sans conteste des références déterminantes pour la création de notre métrage. Les deux films sont intéressants et ont réussi à prouver qu’on peut attirer le public en dépit du manque de moyens. Ils représentaient la bonne formule dont nous pouvions nous inspirer pour construire notre low budget.

Raison pour laquelle vous avez opté pour le DV ?

Effectivement. Notre budget était minuscule et le DV semblait être le format qui n’était pas le plus cheap et permettait en même temps d’avoir une certaine liberté d’action, une flexibilité.

Le jeu au sein duquel les personnages se trouvent est déstabilisant, aussi bien pour les spectateurs que pour les joueurs, en raison des règles fluctuantes qui le régissent. Pourquoi ce choix ?

Avec Breathing room, nous avons décidé que les personnages seraient des hamsters, des objets d’étude comme si c’était une expérience psychologique en somme. L’important ne réside donc ni dans les règles ni dans la victoire de tel ou tel personnage. L’essentiel se situe dans la manière dont les joueurs répondent aux règles et aux transformations incessantes de celles-ci.

Le jeu repose sur une contradiction étant donné qu’il ne doit rester qu’un seul survivant mais que les participants doivent bâtir des liens pour avoir des chances de survivre. Ils sont contraints d’être des êtres individuellement sociaux. En fait, tu es un grand sadique, non ?

Bien sûr (rires) ! L’idée était de les placer dans une situation contradictoire qui les obligerait à opérer des choix qu’ils soient rationnels ou émotionnels. Occasion rêvée pour savoir s’ils privilégient leur propre vie ou leur humanisme encombrant.

Votre film est moins sanglant mais plus psychologique que Saw. Volonté claire ou diktat budgétaire ?

L’aspect low budget était un facteur, c’est indéniable. Mais la motivation principale était de se focaliser sur les comportements des joueurs. Je pense que cette dimension s’est un peu perdue dans Saw étant donné leur motivation à offrir de l’action et du gore, beaucoup de gore.

Peux-tu nous parler de Family of Four, ton nouveau projet ?

Family of Four est une œuvre qui explore les déconnections de la famille américaine. C’est à nouveau une étude de caractères qui traite d’une famille dont les liens de communication sont amenés à ce stade de destruction. Les photos de la production peuvent être vues à cette adresse : http://viewmorepics.myspace.com/index.cfm?fuseaction=user.viewPicture&friendID=60787472&albumId=1716207

J’ai quasiment terminé le film et j’ai écrit un autre script qui se situera à nouveau du côté des récits à suspense…

(Interview réalisée par Damien)

Le Trailer

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018
affiche du film
Mercy Christmas
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage