Critique de film

pub

Isle (The)

"Seom"
affiche du film
  • Année de production : 2000
  • Réalisateurs : Kim Ki-Duk
  • Scénaristes : Kim Ki-Duk
  • Acteurs : Suh Jung, Kim Yoosuk, Park Sung-Hee
  • Musique : Jun Sang-Yoon
  • Genre : Drame
  • Pays d'origine : Corée du Sud
  • Durée : 1h25
  • Budget : 1 million de dollars
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Corbeau d'or au BIFFF 2001 Prix de la Meilleure actrice (Jung Suh) au festival Cinemanila en 2001 Prix de la Meilleure actrice (Jung Suh) et prix du jury international � Fantasporto en 2001 Netpac Award au festival de Venise en 2000 Nominé au Lion d'or au festival de Venise en 2000

La belle et fantomatique Hee-jin sâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de The isle - Passion aquatique
Par : Samuel Tubez

Récompensé à Venise, Porto, Bruxelles et ailleurs, le quatrième film de Kim Ki-Duk est celui de la reconnaissance internationale. Une distinction bien méritée pour l’un des talents coréens les plus étonnants qui soient. Explorant comme à son habitude les relations amoureuses entre des personnages égarés, le réalisateur livre là un film bien étrange qui a dû décontenancer plus d’un spectateur. Cet ovni contemplatif et sulfureux laisse en effet une bien drôle de sensation à l’issue de sa vision. Incompréhension, dégoût, admiration ou profond ennui pour certains, il ne laisse en tous cas pas indifférent.

Il faut dire que Kim Ki-Duk a l’art de flirter avec les tabous. De même, le cinéaste n’aime pas être catégorisé. Cela se sent. The Isle n’appartient véritablement à aucun genre, si ce n’est celui de la tragédie humaine livrée ici sous forme de métaphore. Les relations sont ambiguës, les deux protagonistes entretenant une passion charnelle puissante qui ne s’épanouit pleinement qu’après un acte de mutilation corporelle. Les deux principales scènes exprimant cela sont à ce propos presque insoutenables, les parties du corps lacérées exprimant clairement une forte frustration sexuelle. Les comportements des personnages et plus particulièrement le mutisme de Hee-jin expriment également un profond désespoir.

L’attitude de cette dernière devient même carrément surréaliste et effrayante lorsqu’elle surgit des flots tel un fantôme. Elle est devenue le spectre de cette petite communauté de pêcheurs, l’esprit qui fait jouir et souffrir les hommes qui la fréquentent. Mais Hyun-shik est lui aussi pas mal dans son genre. Et la femme, l’observant même pendant ses ébats avec une prostituée, trouve en lui le parfait alter ego. Ces deux-là sont faits pour s’aimer et donc se détruire. Une destruction dont résulte une surprenante fusion, unissant l’homme et la femme dans la mort et le plaisir dans un plan final saisissant.

Des films qui détiennent une pareille beauté intrigante et une atmosphère aussi indicible, il y en a véritablement peu. On y adhère ou pas. Mais si on se laisse envoûter, on risque d’être marqué comme jamais. Excellent.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage