Critique de film

pub

Km 31

"Kilometro 31"
affiche du film

Après la mort tragique de leur mère quand elles étaient enfants, les soeurs jumelles, Agata et Catalina Hameran, ont développé un sens particulier, une forme de télépathie,, qui leur permet de communiquer entre elles sans se parler. Agata tombe dans le coma après un mystérieux accident de voiture au Km31. Grâce à lleur "lien", Catalina ressent la douleur que sa soeur a vécu au moment de l'accident. Suivent une succession d'évènements surnaturels.

pub

Les critiques à propos de ce film

Km 31 - Peut-être aurait-il fallu quelques mètres en plus ?
Par : Damien Taymans

La vague du cinéma horrifique hispanique est loin de connaître sa fin. Pour preuve ce Km 31 sorti tout droit du Mexique et qui a fait forte impression dans pas mal de festivals étrangers. Présenté au festival Fantasia de Montréal en 2007, le métrage, premier du réalisateur Castañeda, est la première réelle grosse production mexicaine de cette décennie, couronnée par un bon succès au box-office mexicain.

Castañeda est un jeune réalisateur mexicain âgé de 33 ans qui n’a jusqu’alors réalisé que deux courts-métrages intitulés « Sin Sentido » et « Necrofilia ». Doté d’un budget de départ avoisinant les 3 millions de dollars, Km 31 est une sur-production pour le cinéma local peu habitué à débourser de telles sommes, surtout dans le cadre d’un film d’horreur. Dès lors, un engouement sans failles a saisi les fans autochtones peu coutumiers de voir un tel film tourné dans leur propre pays. Malheureusement, si l’emballage est bon, il y a des choses à redire sur quelques facettes du métrage.

Une qualité incontestable du film réside inévitablement dans les effets visuels qu’il distille. Des effets spéciaux totalement réussis livrés dans une pellicule d’une rare beauté photographique. L’image ternie par moments et la musique tapageuse créent un climat ténébreux, complètement en phase avec le sujet traité. Mais la mise en scène ne permet pas réellement au film de briller de mille feux.

La cause majeure de cet état de fait est le rythme du métrage qui se trouve être beaucoup trop irrégulier. Imposant au sein de sa lenteur des scènes dynamiques, le métrage perd tout son sens et impose au spectateur un changement trop direct. Pointons notamment la rapidité à laquelle sont distillés les dialogues, rapidité qui empêche le public de prendre part complètement au sujet et d’en comprendre les tenants et aboutissants.

Il faut tout de même avouer que l’histoire ne plaide en la faveur du film. Une histoire alambiquée basée sur la sempiternelle comparaison entre les jumelles et les relations difficiles entretenues entre elles et leurs amis respectifs complexifiée (néologisme à la mode) par des éléments ajoutés par ci par là par quelques personnages secondaires… Le tout devient rapidement indigeste car incompréhensible. Le réalisateur perd de vue d’emblée que les spectateurs n’ont pas le script sous les yeux et ne sont pas des machines prêtes à tout gober. Dès lors, si le début du film est prometteur, sa qualité se ventile de minute en minute.

Soulignons néanmoins quelques qualités indéniables de l’œuvre comme sa photographie parfaite, ses effets sonores réussis et ses effets spéciaux menés de main de maître. Ajoutons une pierre à l’édifice en soulignant que si les spectres utilisés ne sont pas très originaux (sorte de croisement entre les enfants de Darkness et celui de The Grudge), le réalisateur a eu la bonne idée de ne pas s’épancher à ne montrer que ces apparitions et a eu le bon goût d’en user avec parcimonie.

En conclusion, Km 31 est un film assez moyen qui présente un bilan mitigé, perdant au niveau scénaristique ce qu’il avait glané au niveau formel.

Commentaires sur le film

Bof en effet…

2 etoiles

Entièrement d’accord. Le film semble s’inspirer de "deux sœurs" en ce que l’esthétique prend le pas sur toute logique. Du coup, on retombe dans le travers des films US où, faute d’avoir une trame narrative forte, on compense par une série de visions, souvent pour le seul bénéfice du spectateur, les qualités de production réelles étant censées cacher une histoire de fantômes d’un classicisme sans faille, où il y a toujours une Vieille Dame Inquiétante (tm) pour balancer l’exposition nécessaire et un orage final. Et quid du twist final incompréhensible ? (mais il en faut obligatoirement un, n’est-ce pas !)

13 juillet 2010 à 00:07 | Par Thomas

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage