Critique de film

pub

Livide

"Livide"
affiche du film

En Bretagne, la nuit d'Halloween. Lucie Clavel et deux copains décident sur un coup de tête de cambrioler la maison de Deborah Jessel, une professeur de danse classique, aujourd’hui centenaire énigmatique plongée dans le coma. Durant cette nuit tragique et fantastique, Lucie perse le mystère de cette maison et le secret de Deborah Jessel.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Livide - The Black Swan
Par : Damien Taymans

Le tandem Bustillo-Maury aura assez vite déchanté face aux fausses notes des sirènes d’Hollywood. Partis tenter l’aventure outre-Atlantique, ces talentueux générateurs d’horreur (A l’intérieur reste, à ce jour, l’une des plus belles livraisons françaises du genre) reviennent au bercail, les ambitions en berne, après les désistements respectifs du remake d’Hellraiser et du sequel d’un Halloween rebooté quelques années plus tôt par Rob Zombie. Nouveau désenchantement avec Neige, projet développé sous l’égide de Thomas Langmann qui préfère finalement au registre fantastique des comédies jugées plus rentables, puis avec Livide censé devenir une co-production avec la compagnie de Robert Rodriguez, Troublemaker avec un tournage en langue anglaise situé en Irlande. Finalement, la deuxième œuvre du tandem est tourné pour l’essentiel en Bretagne en compagnie d’un casting 100% tricolore où se côtoient l’étonnante Catherine Jacob, Marie-Claude Pietragalla, Chloé Coulloud et Béatrice Dalle, fil rouge de l’œuvre des deux cinéastes.

Plus ambitieux qu’A l’intérieur, Livide enfonce la porte du genre pour se hisser à hauteur des modèles qui ont nourri les réalisateurs et adopte le decorum qui s’impose : un immense manoir d’inspiration gothique où se jouent une série de tableaux oniriques renvoyant autant au cinéma d’horreur transalpin, (Suspiria en tête) qu’à celui de la firme Hammer. Livide serait, en quelque sorte, un retour aux sources au Vieux continent en même temps qu’un rejet du formatage américain ; le spectateur évolue, comme les protagonistes, dans ce dédale de pièces sans savoir ce qui risque de leur tomber sur le coin de la cafetière. La jeune Lucie et ses confrères cambrioleurs tâtonnent dans la majestueuse masure à la recherche d’un trésor introuvable, ce leurre annonçant une série de fausses pistes narratives enquillées par Bustillo et Maury forçant quelques lignes de dialogue (l’hétérochromie de Lucie) pour dévoyer quelques instants plus tard vers un nouveau chausse-trappe où sont convoqués une foule de gimmicks du cinéma d’épouvante (un peu de vampires, un peu de spectres, de la taxidermie et des planchers qui craquent).

Difficile de ne pas se sentir floué après la vision de ce Livide, fourre-tout référentiel au genre qu’affectionnent les deux auteurs, lesquels ne s’étaient d’ailleurs pas privé de donner vie à quelques fantasmes dans A l’intérieur (voir la scène du mort-vivant). Miné par une direction d’acteurs inexistante et quelques carences scénaristiques, cette seconde incursion dans le domaine de l’horreur a toutefois le mérite de s’affranchir du torture porn traditionnel pour effleurer, le temps de quelques bobines, les fleurons de l’horreur européenne...


Commentaires sur le film

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

9 octobre 2011 à 01:10

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

4 novembre 2011 à 02:11

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Assassination Nation
2018
affiche du film
Escape Room
2017
affiche du film
Ghost Master
2019
affiche du film
Kill Ben Lyk
2018
affiche du film
Antrum: The Deadliest Film Ever Made
2019
affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage