Interviews

MADE IN USA - Sex Galaxy, premier Green Movie...

21 novembre 2008 | Par : Quentin Meignant

...et premier film de Mike Davis, scénariste de Pervert !

Mike Davis n’est pas un inconnu des amateurs du cinéma de genre délirant. En effet, l’homme a déjà officié comme scénariste de Pervert !, le film de son compère de toujours, Jonathan Yudis, en 2005. Mettant en scène les aventures de la pornstar Mary Carey (oui, celle qui s’est aussi essayée avec peu de succès à la politique !) face à un sexe tueur, le métrage ne manqua pas d’intriguer, de charmer ou même de choquer. Toujours est-il qu’il fut couronné d’un certain succès et que la notoriété de cette production somme toute modeste alla grandissant.

La qualité de cet hommage à Russ Meyer n’étant plus à démontrer, les deux amis ont décidé de se lancer dans une nouvelle aventure intitulée Sex Galaxy. Ce film est l’occasion pour Mike Davis de démontrer ses aptitudes de réalisateur tandis que Jonathan Yudis s’occupe de la production. Ce premier long-métrage pour le sympathique Mike ne manque en tout cas pas d’ambitions. Certes, le budget alloué à cette deuxième production paraît moindre, mais le jeune homme entend carrément lancer un nouveau genre et créer un effet de mode pour le moins original, faisant des moyens financiers rachitiques une condition sine qua non de son expérience : "Comme un metteur en scène indépendant avec un goût prononcé pour les films d’exploitation, j’ai pris cela comme un devoir d’explorer de nouvelles méthodes de réalisation sans argent."

En effet, Sex Galaxy sera le premier Green Movie officiel de l’histoire du cinéma. Le terme Green Movie signifie en fait "film recyclé" et annonce dès lors la couleur : ce genre de métrage consiste à reprendre les images d’une oeuvre plus ancienne et d’y ajouter de nouveaux dialogues afin de modeler le déroulement même du scénario, en y additionnant s’il le faut quelques séquences supplémentaires.

Bien plus qu’une simple relecture d’un film antérieur, le green movie se veut être un véritable hommage à un genre en vogue voici une quarantaine d’années : le cinéma d’exploitation. Et comme de fait, Mike Davis a décidé de reprendre une des œuvres du pape en la matière : Voyage sur la planète des femmes préhistoriques de Roger Corman. Qu’il aménage, cela va de soi, à sa propre sauce, le dotant de situations équivoques à la hauteur du pitch désaxé : "J’avais les astronautes et j’avais les femmes, nous confie le réalisateur, donc j’ai eu besoin d’inventer une raison pour envoyer des astronautes sur une planète peuplée de femmes. Y a-t-il meilleure motivation que le sexe ? Pour ajouter à l’urgence de l’aventure, j’ai décidé qu’il était nécessaire pour eux de trouver une autre planète car, dans le futur, le sexe est illégal sur Terre. Cet état de fait est dû au réchauffement climatique et à la surpopulation, plus personne ne peut se reproduire, donc les hommes essaient de trouver un endroit où prendre leur pied !"

Ce challenge un peu fou d’un véritable passionné pourrait bien nous valoir l’émergence d’une nouvelle mode. Rencontre passionnante avec un réal imaginatif et novateur qui ne s’arrêtera sans doute pas en si bon chemin...

Trois ans après Pervert !, vous nous revenez avec un nouveau film, Sex Galaxy. Doit-on s’attendre à autant de délires que pour votre métrage précédent ?

Les fans de Pervert ! pourraient être surpris des différences entre les deux films. Sex Galaxy est créé avec des images de réserve et des films du domaine public. J’ai utilisé des clips de sériés B et de SF épique, des œuvres éducatives, commerciales et, bien sûr, quelques scènes de nudité réelle. J’ai recoupé et redoublé tout le métrage avec une nouvelle ligne scénaristique, de nouvelles voix d’acteurs et un B.O. sauvage de style musique contemporaine. J’appelle ça le premier "Green Movie" parce que le film est recyclé. Mais Sex Galaxy a quand même des points communs avec Pervert ! : c’est le même sens de l’humour outrageant et la même grosse dose de "viande nue".

Des astronautes en manque de sexe qui décident de faire un détour spatial pour rencontrer une créature qui assouvit tous leurs désirs, c’est peu commun ! D’où vous est venue l’idée ?

Comme la plupart des choses se passant dans Sex Galaxy, l’histoire a été dictée par les images qui étaient mises à ma disposition. J’avais les astronautes et j’avais les femmes, donc j’ai eu besoin d’inventer une raison pour envoyer des astronautes sur une planète peuplée de femmes. Y a-t-il meilleure motivation que le sexe ? Pour ajouter à l’urgence de l’aventure, j’ai décidé qu’il était nécessaire pour eux de trouver une autre planète car, dans le futur, le sexe est illégal sur Terre. Cet état de fait est dû au réchauffement climatique et à la surpopulation, plus personne ne peut se reproduire, donc les hommes essaient de trouver un endroit où prendre leur pied !

Quel est le budget exact de Sex Galaxy ? Avez-vous bénéficié de plus d’appui que pour Pervert ! ?

Pervert ! était une production bien plus importante que Sex Galaxy au niveau des moyens. J’ai travaillé avec un budget plus petit mais c’était intentionnel. Bref, comme un metteur en scène indépendant avec un goût prononcé pour les films d’exploitation, j’ai pris cela comme un devoir d’explorer de nouvelles méthodes de réalisation sans argent. C’était un challenge pour moi de constater qu’avec peu d’argent, je pourrais passer du temps afin de produire une œuvre de qualité. Toutes les images que j’ai utilisées proviennent du domaine public, ce qui signifie qu’elles étaient complètement libres, donc mes seuls frais arrivèrent avec la post-prod. Et comme les images étaient recyclées de tournages antérieurs, j’étais capable d’y inclure des choses comme des vaisseaux spatiaux, des explosions, des volcans, des dinosaures et toutes sortes d’éléments amusants que je n’aurais pas su fournir autrement.

Pervert ! était un brillant hommage à Russ Meyer. Allez-vous reprendre la même ligne de conduite et faire de Sex Galaxy un second hommage ?

Sex Galaxy est aussi un hommage, mais pas à Russ Meyer. Je pense que nous avons rendu un bel hommage à Russ avec Pervert ! et je n’ai jamais aimé me répéter. Sex Galaxy a été fait dans la tradition de Roger Corman, qui est le véritable Parrain des films low budget. Donc, Corman a produit le film que j’ai utilisé comme base, Voyage sur la planète des femmes préhistoriques qui était une version un peu plus chaude de Voyage sur la planète préhistorique, qui était lui-même la probable relecture d’un film russe de 1962, Planeta Bur. Corman a ajouté un peu d’obscurité et de sexe à sa version et j’ai simplement repris le flambeau et continué là où il s’était arrêté.

Quelles sont vos ambitions exactes pour le film ? Et pour quand la sortie est-elle prévue ?

Le film doit être acheté très bientôt et j’espère qu’il sortira aux USA, en Angleterre et que le reste de l’Europe suivra le mouvement. Je me suis un petit peu intéressé à la traduction en langues étrangères parce que beaucoup de l’humour du film réside dans les dialogues et que cela s’inscrit dès lors dans la culture pop américaine. Pour cette raison, j’ai travaillé avec un scénariste originaire de Paris qui vit maintenant à Los Angeles. Thierry Brame a ainsi créé une version française sous-titrée avec des blagues françaises additionnelles.

Participer à des festivals en dehors de vos frontières, en Europe par exemple, vous tenterait-il ?

Sex Galaxy a été projeté au Sidney Underground Festival en Australie, au Lausanne Underground Film Festival en Suisse, au Week-End de la Peur en France et au WTOs International Film Festival en Norvège à des assistances enthousiastes. J’espère continuer à projeter le film un peu partout dans le monde et, surtout, qu’il réponde à l’attente. Les festivals sont souvent les instants les plus funs de la vie de réalisateur.

Alors que Jonathan Yudis avait réalisé Pervert !, c’est vous qui avez endossé la casquette de réal cette fois-ci. Volonté de découvrir le métier de réal ou simple alternance entre deux copains ?

Au départ, je ne voulais pas trop devenir réalisateur. J’avais trop apprécié le rôle de scénariste. Mais c’est vite devenu évident que la vision que j’avais de Sex Galaxy existait seulement dans mon esprit. Et plutôt que d’essayer d’expliquer cette vision à quelqu’un d’autre, qui m’aurait d’ailleurs sans doute pris pour un fou, j’ai décidé de réaliser moi-même le projet. Désormais, je me sens confiant et prêt à réitérer l’expérience.

Mary Carey était le fer de lance de Pervert !. Johanna Jussiniemi jouera un peu dans le même registre. Comment le tournage s’est-il passé avec cette nouvelle hardeuse ?

Johanna, aka Puma Swede, est absolument essentielle au succès de Sex Galaxy bien qu’elle n’y apparaisse que très brièvement. Entre les images recyclées et dans la plus pure tradition Corman, j’avais besoin de filmer une nouvelle séquence indispensable à l’histoire. C’est une scène d’amour entre la chef alien femelle et le jeune astronaute. Pour faire cela, nous avons recréé les costumes du film original et trouvé la plage de Malibu où beaucoup de scènes de l’oeuvre originale avaient été tournées. Le personnage dans Voyage sur la planète des femmes préhistoriques avait été incarné par Mamie Van Doren, donc Johanna est en quelque sorte son double. Selon moi, il y a là-dedans quelque chose de très poétique et de très représentatif de ce que nous avons essayé de faire avec le film : Johanna est la tournure moderne de la bombe sexuelle classique. Et c’était vraiment fantastique de travailler avec elle !

A quoi doit-on s’attendre exactement ? Sexe, sang, tripes ou humour, laquelle de ces caractéristiques domine ?

Il n’y a pas de sang et que fort peu de sexe dans Sex Galaxy par rapport à un film comme Pervert !, mais je crois que Sex Galaxy est un film encore plus subversif. J’ai essayé de pousser la sexploitation jusqu’à ses dernières limites en taquinant véritablement le spectateur et en me lançant dans une foule d’éléments de ce genre pour en déformer certains. Je pense que le film est en fait un film à tendances sexuelles déguisé en film familial qui se déguise en film sexy mais comme un film familial. Je pourrais même dire qu’il s’agit du premier film qui exploite le sexe pour toute la famille !

Votre carrière semble désormais bien lancée. Quels sont vos projets, vos rêves et vos envies pour le futur ?

Un jour, j’aimerais réaliser un vrai film. Mais d’ici là, je vais continuer à prendre mon pied avec des films relectures, comme Sex Galaxy, destinés à choquer, à titiller et à faire rire. Et si le genre "Green Movie" décolle, je pourrai ajouter "spécialiste de l’environnement" sur mon CV. (rires) J’ai déjà travaillé à un nouveau "Green Movie" qui s’intitule The Wolf Man : Hail to the Teth.

Tout un programme donc ! Merci à toi, Mike, pour cette interview et... see you soon !

(Interview réalisée par Mae-Nak)

Commentaires

Un grand merci à vous pour le temps passé sur ce site !

déménagement pas cher

Plusieurs prestataire pour déménager sur ce site : devis déménagement

Vente a domicile

Le travail à domicle, gagner un complément de revenu en travaillant à domicile sur ce site : www.revenus-complementaires.info

30 juillet 2012 | Par Sylvie

Mais ça va être génial !

21 novembre 2008 | Par Zito

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
La Nonne
2018
affiche du film
L'Homme qui tua Don Quichotte
2018
affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage