Interviews

MADE IN USA - The woman

1er août 2011 | Par : Damien Taymans

Entretien avec le producteur, Andrew van den Houten

Il y a deux ans, McKee est contacté par Andrew van Houten par l’entremise de Ketchum alors qu’il cherche des producteurs pour la transposition d’une nouvelle de l’auteur sur laquelle il a mis une option. Van den Houten, qui vient de terminer l’adaptation d’Offspring, espère obtenir de Lucky une idée pour une séquelle potentielle. Le réalisateur avale le bouquin de Ketchum et s’envole pour New York afin de découvrir le film sur grand écran. Au sortir de la salle, l’idée est toute trouvée : la suite s’attachera au personnage de la Femme, seule survivante du clan cannibale traqué dans Offspring. L’intitulé de ce futur métrage signale déjà la résurrection de l’horreur hallucinogène à tendance oestrogénée de McKee : The woman.

Ketchum et McKee collaborent pour l’écriture du scénario qui deviendra un bouquin, sorti depuis janvier dans les librairies US. Défini par l’auteur comme une "exploration de la vraie définition de l’horreur", conçu pour susciter "les sentiments de peur, de choc, de nervosité, de consternation, d’anxiété et de dégout", le film est présenté au festival de Sundance en début d’année (le 23 janvier pour être plus précis) dans une ambiance plutôt... électrique. Des gens quittent la salle (une vidéo a fait le buzz, voir ci-dessous), d’autres se disent indignés par la radicalité et l’ultraviolence de l’oeuvre, la presse crie au coup de massue politiquement incorrect. Les noms d’oiseaux des uns couplés aux expressions galvanisantes des autres entraînent l’adhésion des amateurs de bandes ultimes et jusqu’au-boutistes dans un paysage horrifique dominé par l’étalage inoffensif de monceaux de chair des torture porns actuels. The woman semble capable de relancer, comme Martyrs dernièrement, le débat infécond sur la gratuité de cette ultra-violence au cinéma responsable du dévoiement de notre jeunesse. Pour le coup, le film s’avère d’ores et déjà immanquable...

L’INTERVIEW DU PRODUCTEUR

Vous avez réalisé Offspring, l’adaptation d’un roman de Ketchum. Avez-vous travaillé avec lui sur ce film ?

Porter à l’écran des écrits de Jack Ketchum n’est jamais une chose ennuyeuse. Le matériau est si agréablement viscéral que son adaptation devient une sorte de jeu pour les acteurs et les réalisateurs. J’aime avoir une source de matériaux aussi dense dans laquelle je peux puiser à l’envi. Dans la préparation pour le tournage d’un film, plus vous disposez d’opportunités pour comprendre vos personnages, mieux c’est. Le roman originel est, en ce sens, vraiment génial étant donné la profondeur de l’histoire que vous pouvez du coup raconter au mieux. J’ai toujours eu pour habitude d’impliquer Ketchum lorsque je réalise ou que je produis l’une de ses œuvres.

Vous êtes le producteur du dernier film de Lucky McKee, The woman. Comment est né ce projet qui est une séquelle directe d’Offspring ?

J’ai décidé, après avoir réalisé OFFSPRING, que le personnage de La femme méritait d’être approfondi. En fait, je suis tombé totalement amoureux de ce personnage dans OFFSPRING, à tel point que j’ai décidé de la garder en vie, ce qui n’est pas le cas dans le roman. Même si elle meurt dans le roman, ce n’était pas la voie à suivre pour le film, puisque La femme est un personnage vraiment très intrigant et incroyablement différent de toutes les autres icônes de l’horreur traditionnelle.

A quel degré vous êtes-vous impliqué pour ce film ?

Sans aucun doute, les gens regardent ce film et le considèrent comme dérangeant. Je n’ai jamais pensé que le film serait rien moins que terrifiant, surtout après avoir demandé à Lucky d’écrire le roman et le scénario avec Jack Ketchum et ensuite de le porter sur grand écran. Le film ne se retient pas pour vous en envoyer plein la tronche. C’est vraiment quelque chose dont je suis fier. Le caractère viscéral de l’œuvre témoigne de l’incroyable personnage que constitue La femme, à telle enseigne que tout le monde veut prendre le temps de la connaître davantage.

Un mot sur la projection houleuse de Sundance ?

Sundance était une expérience fabuleuse. Je ne pouvais pas croire qu’un mec serait tellement consterné par le film qu’il aurait besoin de perturber à tel point la projection. Il hurlait que le film était misogyne et s’attaquait carrément aux femmes, c’était absurde. Ce même type nous a même empêché de faire un véritable Q & A. J’ai cru qu’il allait sortir un flingue et commencer à tirer sur les gens à l’intérieur de la salle. C’était un peu déconcertant et je me sentais mal pour Lucky alors qu’en fait, il était juste recroquevillé dans son siège dans un inconfort total.

Littéralement, quelques instants avant la fin du film, une femme venait de s’évanouir en quittant la salle, justement à cause du film, et cet olibrius décide de provoquer un merdier absolu. Pour lui, exprimer sa frustration envers le film et les réalisateurs était plus important que de laisser les choses se passer dans le bon ordre, y compris de laisser la femme blessée obtenir de l’aide médicale... c’était très bizarre mais c’est probablement la meilleure chose qui ait pu arriver pour le film. Le mec de Sundance, qui a maintenant été identifié comme un politicien Mormon du l’Utah, a placé le film sur les rails en moins de 24h. En raison de l’agitation que ça a créé sur la toile et de sa divagation à Sundance, nous avions plus de 50 000 visionnements sur Youtube en une journée. Les spectateurs devraient regarder le film et le juger par eux-mêmes. Je pense que c’est un réel chef-d’œuvre !

Quels sont vos projets ?

Je travaille actuellement à faire décoller (dans le sens trouver les ressources et tt si meilleur idée change) le projet THE PASSENGER avec Lucky prochainement. Et je suis actuelelment en post-production sur l’adaptation du premier roman de l’auteur Brian Keene, intitulé GHOUL.

(Traduction : Sophie Grob)

Commentaires

Cet blog est passionnant et je viens d’ailleurs le signaler à une amie qui est d’accord avec vous et je suis sûre qu’elle m’en remerciera. Bravo pour ce post et votre énergie pour partager ces idées. Je serais ravie de pouvoir lire vos billets à ce sujet à l’avenir. Ca m’est vraiment très précieux ! Merci 1000 fois

mutuelle santé


Mutuelle Entreprise Obligatoire

La meilleure mutuelle santé avec avoir une mutuelle de santé !! Avoir une mutuelle santé avec une mutuelle santé

2 mars 2012 | Par Adelaida

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
Mercy Christmas
2017
affiche du film
Cargo
2017
affiche du film
Satan's Slaves
2017
affiche du film
The Thousand Faces of Dunjia
2017
affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage