Critique de film

pub

Masters of Horror 1 - Le Cauchemar de la Sorcière

"Dreams in the Witch House"
affiche du film

Walter Gilman (Ezra Godden), étudiant à l'université en physique qui rédige une thèse sur les liens interdimensionnels, loue une mansarde délabrée dans une vieille bâtisse en Nouvelle-Angleterre. La nuit, il est hanté par des cauchemars effrayants où il voit apparaître un rongeur à tête humaine, fidèle compagnon d'une sorcière qui habite l'endroit depuis des siècles. Walter n'arrive plus à distinguer la réalité et la fiction...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le cauchemar de la sorcière (MOH1) - Un véritable cauchemar...
Par : Damien Taymans
Tags : Lovecraft

Le génial réalisateur de Re-Animator, en la personne de Stuart Gordon, nous offre ici un épisode bien sympathique de la série des Masters of Horror (Saison 1). Gordon reprend une recette qui a bien fonctionné à l’époque puisqu’il tire cet épisode d’une nouvelle de H. P. Lovecraft, comme il l’avait déjà fait pour Re-Animator. Et comme à l’époque, la sauce prend.

De nombreuses scènes valent le détour et on reconnaît à travers celles-ci la "patte Gordon". Une scène de sexe torride a lieu pour l’émerveillement de nos petites mirettes entre Walter et la sorcière, scène qui se terminera en cauchemar. Le sexe mêlé à l’horreur est une des marques de fabrication de Gordon dont il a déjà usé dans Re-Animator (le cunnilingus) ou dans Castle Freak (cette scène horrible où le monstre, souhaitant embrasser les seins d’une femme, lui arrache les tétons à coups de dents). On notera aussi la grandiose allusion au Nécronomicon, livre maudit ultra-célèbre.

Mis à part cette patte Gordon dont on vient de parler, l’épisode reste appréciable par l’assimilation (somme toute classique) que le héros vient à faire entre fiction et réalité. A l’instar de John Trent dans L’antre de la folie, Walter ne sait plus quelle explication donner à ses cauchemars. Cette dimension va s’accentuer lorsqu’il découvrira en s’éveillant qu’il a changé de chambre : il en viendra à se demander s’il n’est pas somnambule... Jusqu’à la fin du métrage, le doute est présent chez le héros (malgré les recommandations de son voisin d’en-bas pourtant explicites). La scène finale, quant à elle, vaut vraiment le détour et arrive à faire oublier certains moments creux du métrage.

Car des moments creux, il y en a ! L’adaptation (pas toujours très réussie) de la nouvelle de Lovecraft offre quelques désagréments : un métrage parfois un peu long, jouant sur une redite éternelle. A tel point qu’on en vient à se demander parfois si on n’a pas déjà vu cette scène-là... Quelques scènes sont d’une vacuité incroyable et Gordon ne légitime aucune d’elles (l’entente entre Walter et sa voisine aurait pu être dépeinte plus promptement).

Malgré tout, on a passé un moment agréable à zyeuter cet épisode et on attend de Gordon le meilleur pour la saison 2 et son Chat noir...

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Halloween
2018
affiche du film
The Night Comes for Us
2018
affiche du film
The Predator
2018
affiche du film
La Nonne
2018
affiche du film
L'Homme qui tua Don Quichotte
2018
affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage