Critique de film

pub

Masters of Horror 1 - Liaison bestiale

"Sick Girl"
affiche du film

Ida, entomologiste obsédée par son travail et donc amoureuse des insectes, reçoit un jour un colis contenant un spécimen totalement inconnu. La fuite de cet animal exotique et la relation homosexuelle qu'Ida entretient avec Misty vont attirer les fougues de la gérante de l'immeuble. Mais bientôt, Ida découvre la véritable nature de l'insecte...

pub

Les critiques à propos de ce film

Liaison bestiale (MOH1) - A sick movie...
Par : Damien Taymans

C’est à Lucky McKee (May, The woods) que revient de réaliser l’un des épisodes de la fameuse série des Masters of Horror. Le thème choisi par celui-ci est assez proche dans le fond comme dans la forme de son dérangeant May. D’ailleurs, il en a conservé l’actrice principale en la personne d’Angela Bettis. Mais si l’interprétation d’Angela était faramineuse dans le premier film, on est en droit de s’interroger sur son jeu pour cet épisode. Tout a l’air surjoué, pompeux, sans aucun charme. Son personnage, joué de façon trop caricaturale et excessive, nous semble énervant et ennuyeux en tous points.

Mais ce n’est pas le pire et on aurait tort de tenir rigueur à la seule Bettis... Non, non et non ! Restons sérieux, s’il est bien quelqu’un qu’il faut mettre en cause, ici, c’est McKee. Mais quelle mouche (c’est le cas de le dire) a donc piqué l’auteur ? Le scénario se rapproche trop des autres films traitant de la même thématique : on ne voit pas en quoi il se différencie des autres films, dont certains sont devenus cultes (La Mouche notamment). Enfin si, il s’en différencie tant il est vide et dénué d’intérêt. Aucune évolution des personnages, aucune émotion générée et pour ce qui est de l’horreur, il peut repasser.

Le summum du ridicule est atteint lorsqu’apparaît ladite bèbète, morceau de caoutchouc animé, semblable aux cadeaux de fête des mères d’un enfant de 8 ans... Non, c’en est trop, monsieur McKee ! Encore heureux que l’épisode ne dure qu’une heure !

Un métrage qui pourrait aisément se retrouver classé série B...ou C... ou D...


Critique de Liaison bestiale - Liaison Bettissale...
Par : Gore Sliclez

Après un premier film amateur complètement fauché et très rare (All Cheerleaders die) et un deuxième très réussi et très personnel (May), Lucky McKee reçoit très tôt (grâce aux désistements de certains réals il est vrai) sa consécration en étant retenu par Mick Garris lui-même pour réaliser un épisode des Masters of Horror saison 1.

Pour se lancer dans l’aventure, McKee rappelle sa fidèle équipe, Angela Bettis en tête, devenue depuis quelques années désormais une Scream Queen très en vue en plus d’être vraiment très talentueuse. Pour cet épisode elle interprète Ida, une scientifique lesbienne, amoureuse des insectes comme des jolies filles, qui découvre un jour au pas de sa porte un colis contenant un étrange insecte. Celui-ci s’avère très dangereux et pique une des conquêtes d’Ida en la personne de Misty Falls (la très sexy underground Erin Brown). S’ensuit alors une transformation lente et terrifiante de la belle…

Bénéficiant d’un format plus court en durée (une heure), Lucky McKee, alors en proie à une dépression suite aux reports incessants de son film The Woods, trouve ici la possibilité d’exprimer son énorme talent grâce à un scénario, certes banal, mais exploité entièrement grâce à son solide casting et des scènes très visuelles. Transformant son scénario construit autour d’un couple formé initialement d’un homme rencontrant une étrange femme, McKee nous offre à la place une très belle romance amoureuse entre deux femmes, l’une attirante et énigmatique et l’autre naïve et touchante, reprenant par la même occasion quelques bribes de son personnage fétiche de May. Un lesbianisme affiché et engagé en toile de fond de ce Sick Girl

Avec ce réalisateur californien, on ne sait jamais qui des monstres ou des héros sont les plus dangereux : le réal nous offre ainsi pour chaque film une galerie impressionnante de personnages étranges voire terrifiants. Cette alternance constante de romantisme naïf, envoûtant et aguichant par moments avec une horreur brute hors normes qui interpelle le spectateur devient au fil du temps la marque de fabrique d’un Lucky McKee un peu en marge des autres membres plus hardcore du Splat Pack.

Liaison bestiale est tout simplement un des meilleurs épisodes de la série des Masters of Horror toutes saisons confondues. Un épisode aguichant (quel regard cette Erin), dérangeant, interpellant et sanglant qui offre deux rôles en or pour deux actrices au charme certain.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage