Critique de film

pub

Mission : Impossible 2

"Mission: Impossible II"
affiche du film

Votre mission, monsieur Hunt, si vous décidez de l'accepter, sera de récupérer un virus génétiquement modifié, baptisé Chiméra. Sean, qui fut votre élève avant de devenir votre ennemi juré, s'est emparé de l'antidote et se terre dans un laboratoire secret de Sydney. Son ex-maîtresse, Nyah Hall, pourrait s'avérer utile dans vos tentatives d'infiltration de ce QG hautement protégé.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Mission impossible 2 - Who is Woo ?
Par : Chroniqueurs

Par Nicolas Szafranski

Après le succès du premier volet signé Brian De Palma, la franchise Mission : Impossible repart de plus belle avec, cette fois-ci, John Woo derrière la caméra, le réalisateur Hong-Kongais ayant obtenu sa « green-card » pour réaliser ses blockbusters en territoire Yankee. Il se charge donc de dépoussiérer encore plus la série, au risque de vraiment y laisser ses plumes.

Ceux qui ne sont pas très réceptifs au style très maniéré de Woo seront ravis, le créateur du mouvement sublimé par le ralenti se chargeant bien de rentabiliser son style qui l’a conduit sur les chemins d’Hollywood. C’est donc jusqu’à plus soif que le cinéaste nous inonde de « slow-motion » sur les performances physiques de sa muse (Tom Cruise qui marche, Tom Cruise qui court, Tom Cruise qui lance ses lunettes de soleil : tout est sujet à un petit ralenti), et de plans post-traités par une kyrielle de filtres en tout genre (bénéficiant parfois d’un petit ralenti). Alors, même si on aime son style, force est de constater que le cinéaste chinois en fait ici beaucoup trop (seul le final ressemble à du vrai John Woo). Et à Hans Zimmer, pas non plus très connu pour sa subtilité, d’enfoncer le clou avec une musique rock hideuse (on retiendra tout de même le crescendo lyrique lors de la fusillade dans le laboratoire). Techniquement donc, M:I II n’est pas ce que l’on peu appeler un beau film.

Mais le fond du film n’est guère plus brillant. Si le coté « mythologique » apporté à l’intrigue s’intègre plutôt bien à l’ambiance du long-métrage (le jeu avec les masques ainsi que le trio amoureux font clairement référence à la tragédie grecque), le reste demeure assez indigent. D’abord, le méchant, interprété par un Dougray Scott royalement lénifiant, ne crée aucune forme de peur chez le spectateur. Et ce n’est pas face à un Tom Cruise qui lui donne généreusement la pareille (on ne l’a d’ailleurs jamais vu aussi vide que dans ce film) que le duel va atteindre les sommets. Il faudra donc sagement attendre que les deux mâles daignent enfin se foutre sur la tronche pour que le film prenne un peu son envol. Ensuite, les partenaires d’Ethan Hunt sont de vraies potiches : Luther Stickel (Ving Rhames, seul acteur parvenant à surnager) doit appuyer, en tout et pour tout, trois fois sur les touches de son ordi, et William Baird (John Polson, dont on le remerciera jamais assez de s’être tourné vers la réalisation de série TV) est quasiment absent de l’intrigue. Et en ce qui concerne Thandie Newton, l’atout charme du film, on peut dors et déjà la prévenir que sa carrière ne se fera pas dans les films d’action/espionnage (elle se fourvoiera d’ailleurs juste après dans un autre piètre film d’espionnage, La Vérité Sur Charlie).

Autant dire que ce Mission : Impossible est le pire volet de la franchise, John Woo semblant s’auto-parodier dans un récit d’espionnage quelconque et assez chiant à suivre.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage