Critique de film

pub

Monde de Narnia Chapitre I: Le lion, la sorcière blanche et l'armoire magique (Le)

"The Chronicles of Narnia: The Lion, the Witch and the Wardrobe"
affiche du film
  • Année de production : 2005
  • Réalisateurs : Andrew Adamson
  • Scénaristes : Andrew Adamson, Christopher Markus, Stephen McFeely, C. S. Lewis, Ann Peacock
  • Acteurs : Jim Broadbent, Rupert Everett, Tilda Swinton, Ray Winstone, Skandar Keynes, Georgie Henley, Anna Popplewell, William Moseley
  • Musique : Harry Gregson-Williams
  • Genre : Fantastique
  • Pays d'origine : USA
  • Durée : 2h23
  • Budget : 180 millions de dollars
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Récompenses : Meilleure finition du maquillage aux Oscars en 2006. Meilleur maquillage et meilleurs costumes aux Saturn Awards en 2006. Meilleurs maquillages et coiffures aux BAFTA Awards en 2006. Meilleur film familial aux Broadcast Film Critics Association Awards en 2006. Camie Awards aux Character and Morality in Entertainment Awards en 2006. Meilleur design de costumes pour un film fantastique aux Costume Designers Guild Awards en 2006. Meilleur film familial et prix spécial Epiphany aux Movie Guide Awards en 2006. Meilleure performance d'un second rôle féminin ( Georgie Henley) aux Phoenix Film Critics Society Awards en 2005. Meilleur média d'animation aux Satellite Awards en 2005. Meilleur film familial et meilleure performance d'une jeune actrice (Georgie Henley) aux Young Artist Awards en 2006.

Le Monde de Narnia : chapitre 1 conte la lutte entre le bien et le mal qui oppose le magnifique lion Aslan aux forces des ténèbres dans le monde magique de Narnia. Grâce à ses sombres pouvoirs, la Sorcière Blanche a plongé Narnia dans un hiver qui dure depuis un siècle, mais une prédiction révèle que quatre enfants aideront Aslan à rompre la malédiction. Lorsque Lucy, Susan, Edmund et Peter Pevensie, quatre frères et soeurs, découvrent ce monde enchanté en y pénétrant à travers une armoire, tout est en place pour une bataille de proportions épiques...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Le Monde de Narnia : le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique - Un premeir volet encourageant sans être tout à fait convaincant
Par : Damien Taymans

Reactualisée par le triptyque du Seigneur des anneaux, la vague de l’héroic fantasy ne tarde pas à trouver au sein des majors des représentants cinématographiques, généralement préfabriqués pour récolter sournoisement quelques deniers en poussant la filiation « héroïque » à son comble. Warner profite de la brèche pour mettre en images les aventures du jeune sorcier Harry Potter que toute la jeunesse s’arrache tandis que, restés sur le carreau, les studios Disney rongent leur frein en attendant patiemment de trouver un os « fantaisiste » à se mettre sous la dent.

Leur dévolu tombe sur Les chroniques de Narnia, heptalogie littéraire composée par l’Irlandais C. S. Lewis, grand ami de J. R. R. Tolkien qui partageait avec lui le goût des univers fantaisistes et des créatures merveilleuses. Andrew Adamson, spécialisé dans le domaine du merveilleux puisqu’il réalisa les deux premiers épisodes des aventures de l’ogre Shrek, dispose d’un budget colossal (180 millions de dollars) pour donner à son œuvre les atours de la trilogie de Peter Jackson. Collant au plus près du roman originel, à peine remanié, le cinéaste oppose à la dure réalité du conflit mondial la féérie qui baigne les terres de Narnia que rejoignent quatre frères et sœurs, hébergés par un vieux professeur en attendant des jours meilleurs. Peter, Edmund, Lucy et Susan pénètrent dans un royaume parallèle plongé depuis des temps immémoriaux dans un éternel hiver par la sorcière blanche Jadis. Consciente du danger que représentent les quatre enfants, cette dernière met tout en œuvre pour les anéantir avant que ne se réalise la prophétie annonçant l’accession aux trônes de Narnia de quatre humains.

L’austérité de l’écrit de Lewis contraint Adamson à abandonner la touche humoristique et parodique qui baignait les péripéties de l’ogre vert. Ce premier chapitre, au risque de paraître infantile, se dote d’un récit extrêmement manichéen où s’affrontent le camp des bons (le lion Aslan en est le plus éminent symbole, se sacrifiant même pour sauver ses troupes) et des méchants, dominé par la vilaine sorcière qui, tel les Gorgones mythologiques, pétrifie qui ose la contrarier. Evidée de toute ambiguïté, dénuée de toute psychologisation (les trahisons d’Edmund relèvent de l’anecdote), l’histoire progresse cahin-caha (de grosses carences rythmiques minent l’ensemble) vers le combat ultime, point d’orgue d’une œuvre qui se contente bien souvent d’en mettre plein la vue en utilisant une kyrielle d’effets numériques bluffants. D’ici à là, le charme agit pourtant à la perfection. Jamais autant de créatures mythiques et de symboles n’auront été réunis en l’espace d’une seule pellicule : au gré de leurs aventures, les héros rencontrent faunes, nains, sorcière, géants, minotaures, cyclopes, centaures et autres animaux parlants qui tous prennent part à l’échauffourée finale, véritable morceau de bravoure filmique durant lequel Adamson fait à nouveau montre de l’incroyable étendue de sa palette cinématographique.

Le monde de Narnia : le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique déroule, sans la moindre anicroche, une histoire dévorée par des millions d’enfants et adolescents, bercés de fantasmes et de rêves qui retrouveront dans cette pellicule fidèle l’univers onirique de leurs lectures passées. Visuellement prodigieux, le métrage souffre cependant d’un récit surchargé, un vice imputable aux scénaristes trop soucieux de conserver à la virgule près l’histoire originelle.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage