Critique de film

pub

Mortal kombat

"Mortal kombat"
affiche du film

Comment un jeune prince d'outre-monde va etre guide vers la victoire par un sorcier aux pouvoirs terrifiants qui l'aide a triompher de tournois titanesques.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Mortal Kombat - Ready to fight
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Mortal Kombat ou le premier vrai film du Paul Anderson que l’on connait comme le pantin des producteurs qui ravagent les sagas avec froideur. Mais bien avant Resident Evil, c’est le jeu Mortal Kombat qui fut sa victime pour se voir transposé sur écran. Tout geek qui se respecte doit se rappeler de folles parties de Mortal Kombat sur les antiques consoles de notre enfance où l’on niquait à l’aide de prises inconcevables la tronche d’opposants peu farouches. Mais, contrairement aux idées préconçues, adapter un jeu de combat au cinéma comporte quelques difficultés qu’Anderson a tout simplement enjambées avec une intelligence à toute épreuve.

Pour réaliser une bonne adaptation de jeu la première chose à avoir, bien entendu, c’est un scénario digne de ce nom, line up pour laquelle les producteurs se sont surpassés. Concentrant le film sur trois combattants (Liu Kang, Sonya et Johnny Cage, entendez le héros, la belle amazone et le side kick), le scénariste Kevin Droney (Highlander en force) ajoute seulement quelques ennemis très méchants, Shang Tsung et les mythiques Sub-zero et Scorpio. Droney élague donc à l’arrache dans la mythologie du jeu vidéo et emballe le tout dans un scénario prétexte qui parle entre autres de vengeance, de quête initiatique, de combat entre le bien et le mal, bref de tout et n’importe quoi du moment que l’on arrive à avoir deux combattants sur un ring prêts à se foutre sur la gueule.

A côté de l’absence de scénar’, coexiste une vacuité abyssale dans la peinture des personnages. Jamais magnifiés ni même iconifiés, les personnages se révèlent simplement taillés à la hache, tous plus stupides les uns que les autres, et se défient à coup de blagues de mauvais goût avant d’entamer des combats. Nouvelle déception ! Alors que Mortal Kombat, le jeu en fait son chou gras (ben, c’est mis dans le titre hein !), emballé avec une ultra violence assumée, (qui ne s’est pas marré devant les fameux « fatalities » du jeu ?), cette adaptation ne nous offre que des simulacres de fight filmés avec une platitude incroyable, sans rythme ni effet de montage, Anderson se contentant de poser sa caméra dans un coin et de laisser ses acteurs sauter en l’air dans des mouvements inutiles à la limite du risible. Ajoutez à cela une volonté clairement visible de faire un film pour tout public et plus spécialement voué aux ados décérébrés qui doivent jouer à ce jeu (vision des producteurs bien sûr), tout en occultant (un comble !) toute trace de violence patente et d’effusions sanguines.

Le pire est encore à venir puisque muni d’un budget pas si conséquent que ça, Anderson joue les Michael Bay du pauvre, à coup de décors kitchs qui ne font jamais illusion, de monstres en CGI qui tombent comme un cheveu dans la soupe et d’effets spéciaux éculés tout droit sortis d’un Evil Dead 3, le fun en moins. Sans oublier l’esprit bon enfant qui baigne le tout et le discours moralisateur à souhait qui terminent de transformer le métrage en une bouse pour ados attardés, qui n’a pour seule volonté de leur alléger leur portefeuille, dernière mission humanitaire de cette production aux stratégies Walt Disney. Seul point positif du film, et encore il faut être endurant, c’est la présence de Christophe Lambert, complètement ridicule avec des cheveux longs et blancs qui nous la joue vieux sage chinois alors qu’il est le dieu du tonnerre en personne muni du rire qui le personnifie.

Une bouse complète qui laisse déjà pressentir la suite de la carrière du réalisateur. Enfantin, malhonnête, à des années-lumière de l’esprit du jeu, une imposture totale à pur but commercial qui prend carrément le spectateur pour un débile. A réserver aux fans de Lambert, qui trouvent ici un de ses plus grands rôles ou aux fasn de Bridgette Wilson qui seront contents de la voir se déhancher dans du sable avec un air de dominatrice, mais là on s’égare peu à peu...

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage