Critique de film

pub

Muse

"Muse"
affiche du film

Depuis un an, Samuel, professeur de littérature ancienne, fait chaque nuit le même cauchemar traumatisant où une femme est assassinée lors d’un rituel macabre. En apprenant dans la presse locale qu’un meurtre identique a eu lieu, il comprend que son rêve était prémonitoire. Alors qu’il cherche des réponses sur les lieux du crime, Samuel fait la rencontre de Rachel, une jeune femme qui affirme avoir eu les mêmes visions que lui. Ensemble, ils vont mener l’enquête pour percer le mystère… et entrer dans un monde contrôlé par des créatures terrifiantes : les Muses.

pub


Trailer - Muse (2017)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Muse - Balaguero fait mu-muse
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2018

Qu’est-il donc advenu de Jaume Balagueró ? De La Secte sans nom à Malveillance, l’Ibère était parvenu à redorer le blason du genre espagnol, le situant en position estimable sur la carte de l’Europe, grâce à une certaine maîtrise du huis clos (A louer, le segment des Peliculas para no dormir et REC en sont de brillants exemples) et des élans effrénés pour des scénars ingénieux et percutants (Darkness). Depuis, le maître de la terreur ibérique accuse le coup : après le navrant et impitoyablement médiocre quatrième épisode de sa franchise bankable, Balagueró bénéficie avec sa dernière production d’une sortie technique à peine polie (quelques salles éparses et un parachutage vers la plateforme VOD) qu’il convient d’estimer raisonnable. Avec Muse, le cinéaste possédait entre les mains un matériau des plus prometteurs et une thématique originale reposant sur le pouvoir des mots et l’envoûtement que provoque la poésie jusqu’à mener auteurs et auditeurs dans le néant. Le tout avec des personnages mythologiques rarement exploités au cinéma : les muses énoncées dans le titre.

Pourtant, Balagueró laisse au mieux ce terreau en friche. Délaissant son style à la griffe directement identifiable, le cinéaste semble puiser dans l’inspiration gothique, troquant même les paysages crépusculaires de l’Espagne pour la côte irlandaise. Mais, ce volte-face n’est que façade : la caméra glisse mollement d’un morceau de côte à un autre, traque la silhouette d’un personnage vaguement esquissé pour finalement s’attarder sur une autre figure sans profondeur, capte des séquences dépourvues d’émotions et d’enjeux dramatiques. En manque d’inspiration (celle-là même que les muses semblent lui refuser depuis quelques années), Balagueró compose une œuvre proprette, académique mais sans relief. L’ennui point rapidement dans le chef du spectateur qui possède constamment un coup d’avance sur le script et qui patiente jusqu’à ce que cette lancinante ode à la poésie prenne enfin vie à l’écran sans s’imposer d’interminables tunnels de dialogues et de constants faux-fuyants qui desservent l’intrigue au lieu de la nourrir (les rivalités entre la prostituée et le proxénète...).

De loin en loin, Muse vit de projets qui ne font qu’attendre, nous menant sur un train de sénateur vers un dénouement aussi dépourvu d’âme que l’ensemble de l’œuvre. Fatigué, Balagueró abandonne même le navire pour son dernier acte, visiblement à court d’arguments pour proposer quelque chose d’un tant soit peu ingénieux. On attend toujours le soubresaut d’un réalisateur qui semble depuis fort Fragile...

----

Commentaires sur le film

2 etoiles

Certes, la mise en images est merveilleuse et fait étalage du talent de Balaguero - ç’aurait été dommage qu’il en soit autrement vu le budget -, mais force est de constater qu’après une première partie plutôt alléchante, Muse se perd en chemin au point de lasser. Lent et répétitif, le métrage sombre à volonté dans le pathos, malgré le manque de caractérisation de ses personnages. Rendez-nous le véritable Balaguero !

1er mai 2018 à 08:05 | Par Quentin Meignant

2 etoiles

Le concept des sept muses était excitant sur le papier et aurait pu donner un film sensuel, inquiétant et subversif. Hélas il n’en est rien et la péloche se révèle sans relief, inoffensive et assez prévisible. Balaguero semble même avoir perdu son talent de metteur en images avec des plans inutilement agités et une colorimétrie terne. Un film sans aucun contraste.

1er mai 2018 à 08:05 | Par Samuël Tubez

2 etoiles

Muse est une petite déception. Trop sûr de son fait, Balaguero déroule son intrigue surnaturelle sur un rythme de sénateur, oubliant de ménager quelques effets de surprise et instants d’effroi. "Ibère rien pour attendre"... mais le spectateur attend beaucoup, pour finalement rester sur sa faim, en dépit d’une ou deux belles trouvailles (le corps supplicié de Christopher Lloyd, la muse asiatique à l’allure de femme fatale, tout droit sortie d’un film d’exploitation japonais).

1er mai 2018 à 08:05 | Par Alan Deprez

2 etoiles

La filmographie de Jaume Balaguero alterne pépites (REC , Malveillance) et péloches insignifiantes (Fragile, REC 4). Ce Muse se place sans peine dans la seconde catégorie, alliant un scénario prévisible à une absence totale de tension et de frayeur. On le trouvera au mieux inoffensif et inutile, au pire proprement insupportable. On croise les doigts pour que l’ami Jaume se ressaisisse, tant on le sait capable de créer avec brio un sentiment de malaise.

1er mai 2018 à 08:05 | Par Sébastien Brunclair

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 56005 photo 56004 photo 56003
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Predator
2018
affiche du film
La Nonne
2018
affiche du film
L'Homme qui tua Don Quichotte
2018
affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018
affiche du film
Mercy Christmas
2017

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage