Ose court

OSE COURT - Caducea - L’homme au visage d’écorce

11 février 2018 | Par : Quentin Meignant

Quand l’écorce t’écorche

Projet que l’équipe de CinemaFantastique soutient depuis ses prémices au vu de la qualité et de la sympathie des personnes mises en présence à son bord, Caducea - L’Homme au visage d’écorce va bientôt entrer dans la danse des festivals, les gens de MEFAMO ayant enfin bouclé cette production qui nous fait saliver depuis presque deux ans.

Cette aventure au long cours réalisée par des passionnés pour des passionnés bénéficie, cela se sent de suite comme cela se ressentait durant la récente promotion de l’oeuvre, du travail de sape d’une équipe soudée et menée de main de maître par l’excellent Christophe Mavroudis. Caducea, pour ceux qui l’ignorent malgré le battage assez important en ces colonnes, suit Tom, un gamin atteint depuis son enfance d’une maladie étrange : défiguré, il cache son visage derrière des masques qu’il sculpte lui-même. A 11 ans, il est adopté par la riche Catherine Rossignot qui, 10 ans plus tard, met au monde Alain. Ce dernier passe son existence dans l’ombre de son frère adoptif mais à l’aube de ses 30 ans, Tom disparaît...

Sur base de ce pitch en appelant clairement à nombre de chefs-d’oeuvre et classiques du genre, Caducea tisse une toile scénaristique bien plus complexe qu’il n’y paraît en jouant notamment sur les rapports humains et en développant un sentiment d’empathie - teinté de méfiance - à l’endroit de Tom. Ce personnage au costume très impressionnant grâce à un look facial particulièrement développé semble être la pierre angulaire du récit tout en laissant une place importante à Alain, campé de manière très convaincante par Guillaume Alexandre.

La complexité du récit constitue sans conteste la grande force de Caducea qui, au fil des minutes, égraine quelques indices discrets en vue de son final. Bercé par une bande son des plus convaincantes et doté d’une photo travaillée, l’ensemble technique s’avère être de premier ordre et facilite grandement la tâche de la narration. Celle-ci finit par verser vers un twist pas totalement inattendu mais complètement dans l’ère du temps, en appelant notamment à L’Orphelinat de Juan Antonio Bayona tant au niveau de la dramaturgie que de la qualité de la mise en images.

Au Final, Christophe Mavroudis et ses fidèles de MEFAMO nous sortent une oeuvre inclassable, à mi-chemin entre le drame et le film de genre qui devrait pas mal faire parler dans les mois qui viennent. Une distribution qui cadre avec le projet, une photo irréprochable, un score qui l’est tout autant et une intrigue à twist qui mène bien sa barque, que demande le peuple ?

CADUCEA - L'homme au visage d'écorce - TRAILER from Mefamo on Vimeo.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Inhabitant
2017
affiche du film
Cutterhead
2018
affiche du film
Freehold
2017
affiche du film
Hérédité
2018
affiche du film
Return to Return to Nuke 'Em High Aka Vol. 2
2017
affiche du film
Jurassic World: Fallen Kingdom
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage