Critique de film

pub

Paranormal Phenomena

"Lightning Strikes"
affiche du film

Des touristes meurent à cause d'étranges éclairs dirigés sur eux. Un mystérieux étranger arrive dans la ville victime de ces attaques : elles sont l’œuvre d'une créature démoniaque qui veut détruire la ville. Une équipe de météorologues, venus pour trouver une solution, semble connaître l'étranger...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Paranormal Phenomena - A sa décharge...
Par : Damien Taymans

Pour électriser les soirées les plus monotones, SyFy propose toujours de jolies petites pépites, à mi-chemin entre le nanar pur jus et la bisserie volontairement craignos, recyclant des seconds couteaux du cinéma A ou des has been des soaps télévisés qui cabotinent jusqu’à plus soif face à des éléments naturels sur-déchaînés ou de monstrueuses créatures venues du fond des âges. Paranormal phenomena (aka Lightning strikes) ne déroge pas à la règle. Jugez plutôt : un petit village est frappé par de foudroyants éclairs qui atomisent les pauvres hères qui ont eu l’outrecuidance de quitter leurs pénates alors que l’astre de la nuit resplendit dans les cieux. Ce fléau menace de semer le chaos durant la fête de la citrouille que le maire de la bourgade organise en vue de séduire de futurs investisseurs étrangers. Mais les autorités veillent au grain : un shérif placide (Kevin Sorbo - Hercule, c’était lui !) et ses adjoints sont prêts à dégainer s’il le faut tandis que, dans le voisinage, patrouillent une brigade d’élite, armée contre ce genre de décharges (ils possèdent un char anti-coups de foudre) et un paternel décidé à en découdre avec l’entité survoltée qui, avec son Docteur Maboul grandeur nature, a jadis cramé son rejeton...

Pour chapeauter ce projet fou, fou, foudroyant, nul autre que Gary Jones qui a côtoyé, outre de jolies plantes mythologiques (Hercule où il a dirigé Sorbo et Xena, la farouche fouteuse de mandales), une meute d’arachnides (Spiders) et de moustiques mutants (Mosquito), des dinos vénères (Planet Raptor) et, plus récemment, un monstre du placard aux relents de naphtaline (Boogeyman 3). Cette production américano-bulgare en remontre aux traditionnels détracteurs de ce genre d’entreprise vaguement science-fictionnelle bourrée de CGI de basse classe jusqu’à la truffe lorsque le récit se voit enfin émaillé de quelques spasmes scénaristiques. En guise de distraction, Paranormal phenomena dépeint une communauté profondément rurale, qui célèbre la citrouille comme d’autres cultivent les navets (Syfy, si tu nous lis), dans laquelle plus un chat n’a été écrasé depuis qu’elle a été reprise en main par le maire Fordice, réplique peroxydée du Vaughan d’Amity (Jaws dont les houleux débats à propos de la sécurité et du tourisme entre le maire et le shérif de la ville sont retranscrits quasi à l’identique).

Paranormal phenomena passerait presque pour un petit plaisir coupable s’il ne s’évertuait pas à respecter à la lettre le cahier des charges des productions SyFy : une intervention fantastique en CGI blafards, des caricatures à peine attachantes et des dialogues relevant de l’anecdote.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage