Critique de film

pub

Pieta

"Pieta"
affiche du film

Un homme sans pitié et sans famille gagne sa vie en menaçant des personnes de leur donner l'argent contracté par des prêts. Un jour, il va faire la rencontre d'une femme qui prétend être sa mère...

pub


Trailer - Pieta (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Pieta - Notre-Dame de la Garce
Par : Damien Taymans

Le retour aux affaires du stakhanoviste Kim Ki-Duk ne sonne même plus comme une promesse. Depuis le mi-figue Dream et le mi-raisin Poongsan qu’il a respectivement réalisé et scénarisé, Ki-Duk semble s’être ankylosé en abordant le quotidien fût-il onirique d’êtres lambdas. Or le bourbier dans lequel l’auteur piétine avec le plus de grâce reste incontestablement celui des marginaux, ces a-sociaux étrangers aux autres et à eux-mêmes. La preuve en est avec Pieta, drame intimiste poignant, qui a bouleversé l’assistance lors de la Mostra vénitienne de laquelle le film est reparti auréolé d’un Lion d’Or. Formellement, Kim Ki-Duk revient à un style épuré : la caméra cerne chacun des personnages au plus près afin de capter la moindre émotion, la plus infime tricherie, le plus intime frémissement. L’histoire n’en devient que plus réaliste et renversante. Plus éprouvante aussi. Car, en abordant d’un œil faussement neutre l’histoire de ce noyau familial des plus restreint, de ces amours recomposées sur le tard, Pieta convoque le spectateur à devenir le témoin de ces unions charnellement et psychologiquement perturbées entre une mère désireuse de se racheter de son abandon et un fils en quête du sein maternel qui lui a tant manqué. L’un et l’autre évoluent à l’aveugle, les mains hésitantes, dans ce purgatoire des âmes, ce chemin de croix menant à une absolution a priori impossible. Car la chair et la psyché des protagonistes demeure lourdement brisée. A l’image de la région autrefois prospère qu’écume l’usurier Kang-do à la recherche des mauvais payeurs, pour la plupart artisans massacrés par le capitalisme froid. Le dédale de ruelles qui compose la cité n’offre aucune échappatoire : il faut payer ou mourir.

L’homme et la machine, en lutte perpétuelle, trouvent écho dans la mécanique destructrice de l’usurier. Ce monolithe sans foi ni âme, Ki-Duk tend peu à peu à en définir les contours, à l’humaniser. A pénétrer son for intérieur tandis que le "fort" intérieur se garnit, sur le même rythme, de remparts. On retrouverait presque, dans la confusion, des touches du Mother de son compatriote Bong Joon-ho. Pourtant, l’horreur viscérale qui nimbe l’ensemble, l’épreuve psychologique que réclame l’œuvre la font plus volontiers ressembler au cinéma de Sono Sion, démiurge actuel de la production japonaise dont il reste l’un des marginaux les plus influents. Comme son homologue coréen, d’ailleurs.

Pieta se vit davantage qu’il ne se regarde. La commotion qui en résulte n’en est que plus accablante. La meilleure livraison de Kim Ki-Duk depuis une bonne dizaine d’années, ni plus ni moins.


Commentaires sur le film

La Cène

5 etoiles

Rarement j’ai vu un film avec autant de rage et de haine (de l’Homme et de l’argent). C’est violent physiquement mais bien plus au niveau psychologique, les rapports entre tout les personnages sont effroyable impossible de rester indifférent. Les acteurs dégagent tous une force immense. La mise en scène alterne entre nervosité et calme et la photographie est glaciale. http://cinemacinema.skyrock.com

1er octobre 2013 à 11:10 | Par Anarchygor

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 38868 photo 38867 photo 38869
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019
affiche du film
Avengers: Endgame
2019
affiche du film
Dragged Across Concrete
2018
affiche du film
Little Monsters
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage