Critique de film

pub

Planète 51

"Planet 51"
affiche du film

Tout est normal sur la Planète 51. Le ciel est bleu, les habitants sont vert pomme et tout y est rond. Dans les salles de cinéma, "Lâ

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Planète 51 - Dans la lignée de Pixar
Par : Damien Taymans

Le calme plat règne sur la planète 51. Ses habitants se dorent la pilule sous le soleil, vaquent à leurs occupations tandis que leurs enfants dévorent chaque nouveau film de science-fiction dans le cinéma de quartier. Des films envisageant une invasion de la planète par d’énormes monstres venus de l’espace fortement déconseillés par les parents. Seul Skiff, adulescent gavé de comics, est assez illuminé pour croire en une autre forme de vie qui pourrait envahir la planète 51. Pourtant, lorsque Chuck Backer, astronaute balourd et paumé, débarque sur le sol extraterrestre et y plante le drapeau américain, les autochtones changent d’opinion et commencent à craindre pour leur propre vie…

En 2009, Dreamworks offrait un sympathique hommage aux productions de science-fiction et films de monstres avec Monstres contre aliens quand, de son côté, la Fox exploitait un filon assez proche avec Les zintrus qui alliait pour sa part personnages réels et créatures animées. Deux tentatives auxquelles Planète 51, première réalisation du transfuge du jeu vidéo (la saga Commando) Jorge Blanco n’a rien à envier. Loin s’en faut. Le métrage conjugue avec brio des personnages opposés par l’esthétisme (les rotondités lisses du visage des extraterrestres et la finesse des traits du faciès pourtant grossier de Chuck) et parvient à marier les courbes futuristes de l’architecture avec un mode de vie foncièrement rétro. C’est que la terre de Lem et ses amis accuse un décalage horaire d’une soixantaine d’années par rapport à la planète bleue dont vient Chuck.

Restés coincés dans une sorte de Pleasantville, les autochtones font griller des steaks sur des barbecues devant leur villa de banlieue, tandis que leurs enfants gambadent joyeusement dans les jardinets ou scrutent les programmes en noir et blanc sur leur téléviseur pendant que leurs aînés emmènent leurs conquêtes dans les drive-in du coin pour y rouler des mécaniques devant le nouveau film de monstre à la mode. Prenant comme toile de fond cet âge d’un autre temps prompt à réactiver les nostalgies, Planète 51 exploite efficacement le climat de paranoïa qui régnait aux Etats-Unis à l’époque en faisant de ses personnages des artefacts aliens des citoyens américains des 50’s. Affables et hospitaliers, ceux-ci revoient leur sens de l’accueil de A à Z sitôt qu’ils sont confrontés à l’inconnu, gavés qu’ils sont de la représentation machiavélique de "l’envahisseur" que leur renvoient les films à sensation qui inondent leurs cinémas.

Planète 51, outsider du ciné d’animation dominé de la tête et des épaules par les géants Pixar et Dreamworks, évite l’écueil de la parodie filée et ne distille ses nombreux clins d’oeil aux fleurons du genre science-fictionnel (le cabot à la trogne d’Alien, les renvois à Star wars et autres ET) que parcimonieusement au sein de son intrigue haletante.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Assassination Nation
2018
affiche du film
Escape Room
2017
affiche du film
Ghost Master
2019
affiche du film
Kill Ben Lyk
2018
affiche du film
Antrum: The Deadliest Film Ever Made
2019
affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage