Critique de film

pub

Possédée

"The Possession"
affiche du film

Un père de famille récemment divorcé dont la plus jeune fille est étrangement liée à une ancienne boite, dénichée dans un vide-grenier. Le comportement de sa fille devenant de plus en plus bizarre, le père décide de mener l’enquête concernant la mystérieuse boite. Il découvre alors que celle-ci a été construite pour contenir un dibbuk, un esprit disloqué qui, petit à petit, dévore le possesseur de la boite.

pub


Trailer - Possédée (2012)
Par : Damien Taymans


Possédée Bande annonce du film par LE-PETIT-BULLETIN

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Possession - L’Exorcisme de Natasha Calis
Par : Damien Taymans

Programmé à la Nuit Halloween des cinémas Imagix, The Possession se dévoilait quelques mois avant sa sortie officielle dans les salles du royaume. Cette énième incursion dans le registre de la possession démoniaque se montrait, en amont, suffisamment solide que pour éviter le sous-produit compilant des jump scares dans le seul but d’affoler le palpitant des plus fébriles. Il faut dire que depuis, à chaque nouvel exorcisme cinématographique, le spectre de Friedkin ressurgit et que les démons ne cessent de se limer les cornes dans des ténèbres si majestueusement déflorées par le réalisateur de French Connection. Ce modèle, Hollywood n’en a cure, délestant épisodiquement une nouvelle séance de contorsions adolescentes, si possible inspirées d’une histoire vraie. Mais le Danois Ole Bornedal, signataire du Veilleur de nuit et de Deliver us from evil, n’est pas homme à vendre son âme au Diable hollywoodien ni à céder, menottes aux poignets, aux sirènes de l’industrie américaine. Son remake du Veilleur avec Ewan McGregor en atteste. Et s’il est un art que partage le cinéaste avec Friedkin, c’est bien celui de donner à son récit des assises solides avant d’opérer une rupture définitive menant à l’horreur.

Et pour pousser le spectateur à entrer corps et âme en empathie avec la jeune victime du film, Bornedal brosse dans un premier temps un portrait extrêmement réaliste d’une famille déstructurée par le divorce des parents qui contraint d’office à l’inconfort, à l’instabilité, à la terreur. Progressivement, celle-ci pénètre la cellule familiale plongée dans le désarroi : les non-dits entre les anciens amants, les relations entre le père et ses enfants allant de la complicité à l’inimitié au gré des déceptions (le père, absent, privilégie sa carrière à ses progénitures), l’intrusion au sein du cocon d’un étranger et, enfin, d’un élément étranger symbolisé par cette boîte contenant une force maléfique sans nom. D’ici à là, le silence angoissant, pétrifiant nimbe le récit. Un silence rompu, de temps à autre, par l’épouvante la plus extrême, la métamorphose inexplicable de l’un des membres de la communauté, qui plus est cet être fragile et innocent qui siffle dans un râle à sa mère, alors qu’elle dévore à pleine bouche des morceaux de viande : "Maman, qui suis-je ?".

Bornedalrevient aux sources du Mal et abandonne le rollercoaster horrifique imposé par le nullâtre Devil inside qui compilait les séquences supposément terrifiantes en accentuant ses effets grâce à une bande-son sur-saturée. Il y a bien du Friedkin ou du Polanski dans cette Possession plus habile dans le décodage de la mythologie juive que le Unborn de David S. Goyer. Moins démonstrative que ce que la bande-annonce laissait présager, cette pellicule s’impose par la qualité de sa mise en scène, son sens du rythme et l’incroyable prestation de sa jeune héroïne (exceptionnelle Natasha Calis), première à donner le change à la désormais mythique Linda Blair.


Commentaires sur le film

Excellent film.

4 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Y’a longtemps que j’avais pas vu un film d’horreur pareil au cinéma. Belle réalisation, bons acteurs et musique effrayante : en un mot, à voir !

29 décembre 2012 à 19:12 | Par Another

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 36721 photo 36720 photo 36719
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage