Critique de film

pub

Inhuman Ressources

"Redd Inc."
affiche du film

Redd Inc. suit un boss un peu taré, anciennement accusé de plusieurs meurtres, qui crée une société dans le but de kidnapper et torturer six employés de sa multinationale...

pub


Trailer - Inhuman Ressources (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique d’Inhuman Resources - Ma petite entreprise
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

Pour s’assurer que sa petite entreprise ne connaisse pas la crise, Thomas Reddman applique les lois de l’émulation au sein de son petit groupe et récompense comme il se doit les plus stakhanovistes quand les tire-au-flanc sont priés d’aller tapoter ailleurs. En somme, la majorité des employés frissonne à la simple vue du Directeur des Ressources Inhumaines quand l’employé du mois voit sa trombine exposée dans un cadre dans le hall de l’immeuble et que le vilain petit canard perd littéralement la tête. Net, sans bavure, la hache s’abat et la caboche roule sur le sol. Évidemment, le Chasseur de têtes ne reste pas impuni et est interné dans la clinique du docteur Lansdale chargé de lui remettre toutes les frites dans le même sachet. Sauf que Reddman est parvenu à s’évader en profitant d’un incendie et désire se venger de tous ceux qui ont fait tomber sa tête lors d’un procès d’opérette. Du moins, d’après le tortionnaire qui contraint témoins oculaires, juge et avocats à revoir leur copie et à débusquer l’identité du vrai criminel. Et la moindre désobéissance risque de se payer cash...

Contraints de laisser de côté le script horrifique trop ambitieux qu’ils composent, Jonathon Green et Anthony O’Connor travaillent à quatre mains sur un nouvel exercice peu coûteux dans la lignée de leur Angst. Quelques règles élémentaires : un seul lieu de tournage, peu de prises de vue extérieures, aucun élément surnaturel, un casting réduit et un résultat... effrayant. Redd Inc. remplit pleinement les conditions en confinant dans un lieu quasi unique (une pièce froide, muni de bureaux alignés sur lesquels trônent des ordinateurs) six personnages transformés en secrétaires lambda chargées de remplir le cahier des charges de cette entreprise de fortune. Pour assurer un rendement maximal, Reddman octroie le nombre de pauses-pipi réglementaires et sert avec une précision métronomique une bouillie indigeste à ses petits protégés bénéficiant chacun de quatre blâmes (une entaille sur le front) avant de rejoindre la barque de Charon. Quand il ne s’agit plus pour les salariés de gagner son steak mais de le défendre bec et ongles (quelques-uns sautent d’ailleurs, à force de s’acharner sur les claviers), l’employé ne se prend même plus à rêver de mouvements de grève ou d’augmentation mais imagine simplement planter une agrafeuse dans le front de son patron ou lui perforer les amygdales.

L’attirail entier du monde de l’entreprise est exploité de bout en bout de ce script parfois vain (le whodunit) souvent malin (l’appartement truffé d’ustensiles destinés à se défendre),soutenu par une mise en scène habile qui crée la tension à partir d’angles de prises de vue obliques alternant avec des close-ups enferrant les personnages dans leur prison improvisée et des effets spéciaux prosthétiques signés par le maestro Tom Savini. Sous l’œil avisé du délirant Nicholas Hope dans le costard cintré du boss déjanté...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 38779 photo 38778 photo 38777
Voir la galerie complète

News associées (1)

janvier 2012
Trailer et affiche pour Redd (...)
21/01/2012

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage