Critique de film

pub

Ride

"Ride"
affiche du film

Jesse et Claude sont deux athlètes de sports extrêmes, deux coureurs en défi continu et en quête d'argent. Lorsqu'ils découvrent l'énigmatique proposition d'un concours mystérieux d'une organisation inconnue, Black Babylon, ils ne peuvent pas refuser le prix de 150 000 $. Mais le "concours" s'avérera beaucoup plus sombre et plus meurtrier que prévu.

pub


Trailer - Ride (2018)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Ride - Go Bro, Go Pro
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2019

Présenté en avant-première internationale, Ride est un produit issu d’une co-production du BIF Market, marché du film propre au festival de Bruxelles qui permet aux jeunes réalisateurs ambitieux de mettre le pied à l’étrier. Hélas, il s’agit d’un immense coup d’épée dans l’eau. Le premier long de l’Italien Jacopo Rondinelli révèle sa substance dès les cinq premières minutes : captations de caméras Go Pro montrant tant bien que mal des riders s’excitant en VTT dans la jungle urbaine et de grimpeurs de l’extrême jouissant de leur vertigineuse ascension, plan fixe sur une dispute de couple perçu par le prisme d’un écran d’ordinateur, le tout servi dans un montage épileptique à la limite du regardable. Une mise en bouche présageant du reste de l’œuvre : Ride est une compilation d’images illisibles, de courses folles à travers les bois et, de temps à autre, surgit un plan plus sage illustrant toujours la même séquence, celle de l’un des compétiteurs devant un immense panneau de check point.

Étonnamment, dans ce fouillis, en grattant consciencieusement, on croit apercevoir un semblant de scénario. Oui, Ride raconte une course contre la mort pour remporter un max de blé et, cela tombe à pic, les concurrents qui nous intéressent en ont vraiment besoin. Ah et puis, les règles de ce jeu visiblement létal changent en cours de partie parce que, en réalité, des clients fortunés paient cher et vilain pour voir des sportifs de l’extrême s’écharper pour quelques billets verts. Jacopo Rondinelli, conscient du peu d’intérêt que présente ce script aussi linéaire qu’une côte de Liège-Huy-Liège (une variante moins bandante, du coup personne n’en parle), saupoudre son script de quelques rebondissements capillotractés introduisant pêle-mêle des motards un poil vénères, des morts pas vraiment morts et des poisons dangereux qui pourraient tuer les héros.

Interminable malgré son format correct (1h40), Ride est une production calibrée au final pour les amateurs de cross et de VTT, plutôt branchés musique techno et pas trop regardants sur l’amateurisme des comédiens. En clair, il possède un public-cible de 17 personnes.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 57282 photo 57281 photo 57280
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage