Critique de film

pub

Right at your Door

"Right at your Door"
affiche du film

Ã

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Right at your door - La mort au seuil
Par : Chroniqueurs

Par Alexis W.

Il y en a peu des films comme ce Right at your door, des oeuvres capables de terrifier le spectateur et de l’émouvoir par la même occasion. Des films sobres et pourtant d’une telle efficacité que c’en devient incroyable. Un événement qui ne se produit qu’une fois par décennie, et encore... Cette année nous aura pourtant donné deux films d’une grande sobriété et d’une efficacité redoutable. D’abord le Morse de Tomas Alfredson et, ensuite, le second qui n’est sorti pour le moment et très discrètement qu’aux États-Unis, Right at your door réalisé par Chris Gorak.

À Los Angeles, Brad et Lexi, un couple dans la trentaine, amorcent leur journée comme à l’habitude. Peu de temps après que Lexi ait quitté la maison pour se rendre au boulot, Brad apprend à la radio que des engins radioactifs ont explosé en plein cœur du centre-ville. Sachant que sa femme se dirige justement à cet endroit, Brad ne perd pas une seconde pour tenter de la rejoindre. Catastrophe : les routes sont barrées par les autorités, Lexi ne répond pas au cellulaire et l’annonceur radio indique que la ville est en état d’alerte. On ordonne à toute la population de se barricader à l’intérieur de leurs demeures et d’isoler toutes les ouvertures possibles, car des cendres radioactives tombent sur la ville. Lorsque Lexi cognera à sa porte et sommera son mari d’ouvrir, ce dernier devra faire un choix déchirant.

Indubitablement, Right at your door est un de ces films qui permettent de ne pas désespérer quant à l’avenir du cinéma. Ce jeune réalisateur nous offre pour cette première réalisation un des meilleurs films catastrophe de ces dernières années. Intimiste dans la forme, apocalyptique, fataliste et sans concessions, Right at your door est un pavé dans la mare des productions à gros budget actuelles. Privilégiant le coté moral et sentimental du sujet, Gorak nous place en tant que témoin d’un drame humain qui contraint à la réflexion. Une réflexion autant ontologique que sociétale, le cinéaste utilisant à merveille les tensions politiques et la menace terroriste actuelle afin d’acculer ses protagonistes. Car s’il est vrai que l’on en voit peu (outre quelques plans au loin de la ville en flammes, des nuages de fumées toxiques qui se dégagent de la mégapole, quelques passants qui courent et des barrages de police), il n’en faut pas plus pour placer le spectateur à la place des protagonistes et pour les plonger dans le désarroi, à l’instar des populations qui s’encourrent et improvisent dans le désordre sur l’écran. Ainsi, la tension monte au fur et à mesure de l’oeuvre et suit un rythme trépidant aseptisé de tout temps mort. Huis clos un peu à la façon du formidable Bug de William Friedkin, le métrage ne s’investit nullement sur le terrain de l’actioner spectaculaire, Gorak préférant une intrigue plus intimiste, qui glace le sang comme jamais à la manière du terrifiant et méconnu Miracle Mile aka Appel d’urgence de Steve de Jarnatt sorti en 1990.

Au final, un très grand et très beau drame humain sur fond de fin du monde pour les amateurs de sensations forte et de huis clos claustro. Un film superbe, dérangeant, terrifiant et cauchemardesque qui aurait largement mérité de bénéficier d’une sortie en salles.

Commentaires sur le film

0 etoiles

Ça fait un moment qu’on l’attends celui-là !!!

21 avril 2009 à 00:04 | Par Gub

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage