L’IMAGE DU JOUR

SHINING, L’ENFANT LUMIÈRE de Stephen King

26 avril 2010 | Par : Chroniqueurs

Titre Shining, l’enfant lumière

Titre original The Shining

Auteur Stephen King

Année 1977

Genre Epouvante

Editeur Doubleday- J’ai lu

Année d’édition 1979

Note 9/10

Résumé

Shining, c’est Danny, l’enfant médium dont la seule présence réveille les forces maléfiques d’un palace « l’Overlook » vide et coupé du monde. C’est là qu’un destin cruel a jeté Danny et ses parents. C’est là que le don de l’enfant va faire surgir des monstres, des fantômes, des corps innommables. Le passé du palace maudit envahit le présent... et veut la mort de Danny. Il est seul entre une mère terrorisée et un père devenu fou...

Trois après le succès immédiat de Carrie, c’est en 1977 que Stephen King, écrivain d’épouvante déjà mondialement connu, publie son troisième roman : Shining. Ce titre est assez intriguant vu qu’il signifie littéralement Brillant, or lorsque l’on parle de Stephen King, le lecteur ne s’attend guère à un roman mettant en scène un récit heureux ou au caractère réjouissant. Par ailleurs, il est évident que, dès le début et tout au long du livre, Stephen King procède à un hommage à l’une de ses influences les plus sombres, Edgar Allan Poe, en introduisant notamment des extraits de la nouvelle « Le Masque de la Mort Rouge ».

La première partie du livre est intéressante car l’écrivain prend le temps de développer les personnages au niveau psychologique, avec, très souvent, la description de leurs pensées, ce qui s’avère utile pour mieux comprendre le sens que va prendre petit à petit le récit. C’est ainsi que le lecteur découvre les trois protagonistes principaux, dotés chacun de personnalités totalement différentes : Jack, le père, ancien alcoolique, ex-enseignant, exclu pour avoir commis des faits violents sur un élève, et écrivain à ses heures perdues. Wendy, la mère, femme séduisante (à l’inverse l’inexpressive Shelley Duvall, interprète du personnage dans le Shining de Kubrick) et forte mentalement, qui essaie de reconstruire une famille heureuse. Et enfin Danny, le fils de 5 ans, intelligent, et qui possède un don aux multiples facettes, comme lire dans les pensées, voir dans le futur et sentir les dangers : le Shining.

La psychologie plutôt complexe mise en place par King est encore renforcée par le traitement apporté au personnage de Jack, héros malheureux qui, petit à petit, s’enfonce dans l’alcool et la folie, rendant particulièrement pesant l’ambiance de certains passages. La précision avec laquelle ce vice et ses conséquences sont développés vient du fait que l’écrivain s’est inspiré d’une période où, lui aussi, buvait beaucoup trop, même s’il n’a jamais admis avoir été alcoolique.

Dans la seconde partie, le lecteur suit la vie de la famille Torrance dans le luxueux hôtel Overlook ( dont Jack est devenu le gardien), un lieu à la fois étrange et envoûtant qui regorge de souvenirs cachés peu reluisant. Au fur et à mesure, le lecteur plonge dans l’angoisse, toujours teintée d’une haute propension à la psychologie, grâce aux nombreux éléments épouvantables disséminés par King .

Les démons, visibles par Danny grâce à son Shining, se révéleront de plus en plus hostiles et n’hésiteront pas à jeter leur terrible dévolu sur des personnages aussi attachants que profonds. Offrant, au fil de son récit, une plongée de plus en plus abyssale dans la folie meurtrière, King fait alors étalage de ses talents sanguinolents parachevant certains passages par une démonstration sanguinolente particulièrement parlante ( la scène mémorable où Jack cogne violemment un maillet de Roque sur son front). Malgré un dénouement plutôt heureux, Shining s’avère donc être un ensemble particulièrement prenant et poignant, digne représentant de l’œuvre de celui qui est appelé « le Maître de l’Horreur ».

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage