Critique de film

pub

Sa majesté Minor

"Sa majesté Minor"
affiche du film

Dans une île imaginaire perdue en Mer Egée, aux temps très lointains d'avant Homère, Minor, mi-homme mi-cochon, orphelin et muet, file des jours tranquilles dans la douce tiédeur de la porcherie en compagnie de sa bonne amie la Truie. Au cours d'une escapade en forêt mythologique, il fait la rencontre d'un des personnages les plus influents de son époque, le Dieu Pan - alias Satyre, qui l'initie à sa manière de bouc aux imprévus du paganisme. Perché sur une branche d'olivier pour épier Clytia, la fille du Patriarche promise au poète Karkos, Minor fait une mauvaise chute et se tue. Comme on est encore au début du film, et que la période le permet, il ressuscite et recouvre la parole. Les villageois éberlués découvrent que non seulement il n'est pas mort, mais qu'il se révèle doué d'un stupéfiant sens de l'éloquence. Sur les conseils du devin, Minor est sacré roi. Les ennuis commencent...

pub

Les critiques à propos de ce film

Sa Majesté Minor - Un film mineur
Par : Damien Taymans

Lorsque nous avons appris que Jean-Jacques Annaud reprenait le thème de la mythologie pour le porter au cinéma, quelle ne fut pas notre enthousiasme. Le génial réalisateur du Nom de la rose allait certainement signer pour sa dixième réalisation une œuvre sublime, dans la lignée de la plupart de ses réalisations. Si l’homme tourne relativement peu par rapport à d’autres, il reste malgré tout le plus ambitieux et le plus couillu des metteurs en scène français actuellement sur le marché.

Et des testicules, il en a. Le ton assez décalé du film et son traitement subversif le prouvent. Désireux de replonger son intrigue dans le contexte mythologique à part entière, Annaud se complait à caricaturer ce cadre devenu synonyme de sérieux et de tempérance dans le crâne de chacun. Or, s’il est une chose sur laquelle Annaud a raison, c’est que les fables mythologiques nous enseignent le contraire de la tempérance. Lorsque les dieux et créatures mythiques sont en jeu, tout est sujet à l’excès, à la démesure, à la décadence. Cette dimension est fort bien dépeinte par le réalisateur qui n’hésite pas une seule seconde à mettre la gomme sur les allusions lubriques qui raviront les plus pervers d’entre nous.

Mettant en scène un José Garcia étonnant dans son rôle de bouffon frôlant la bestialité et un Vincent Cassel épatant en Satyre lubrique, Annaud s’est pourtant fourvoyé en en faisant trop. Le ton du métrage est le même tout au long de celui-ci et, du coup, on est en peine de s’émouvoir lorsque des thèmes plus sérieux sont traités. La faute à une démesure qui a fini par gagner le réalisateur n’arrivant plus à faire la part des choses entre son œuvre et lui-même. On pourrait même accuser Annaud de s’épancher trop fréquemment dans la violence et la perversité aussi bien dans ses images que dans ses dialogues. Ce qui donne au film un caractère fort indigeste, alternant fréquemment entre des scènes savoureuses et des fresques insipides.

Malgré de nombreuses qualités et de bonnes intentions (à foison), le film patine notamment aussi à cause de son scénario, premier acteur de cette inégalité filmique. Des rebondissements absurdes tapissent l’œuvre et la plongée dans le monde débauché des créatures tuent toute possibilité de s’émouvoir un seul instant ou même de prendre part à la destinée de ces personnages qui nous intéressent finalement très peu. Le final, quant à lui, est au summum de l’abus : il nous annonce officiellement que nous avons été dupés tout au long du métrage par de faux espoirs et des promesses vaines.

L’originalité n’est pas tout. Au cinéma, bien d’autres facteurs sont en jeu qui ont aussi leur importance et qui ne méritent pas d’être négligés comme ils l’ont été. Très honnêtement (et pourtant, on aime Annaud), évitez cette vaste blague…

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage