Critique de film

pub

Sang Plomb

"Blood Car"
affiche du film

Dans un futur proche, les prix de l'essence atteignent des sommes astronomiques. Un homme est déterminé à trouver une solution alternative : le fuel est remplacé par du sang... du sang humain.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Sang Plomb - Je vous fais le plein ?
Par : Damien Taymans

L’image d’Epinal fut véhiculée par le cinéma bien avant que les politicards écologistes ne la reprennent pour alarmer les citoyens : dans un futur assez proche, la Terre ressemblera à une immense étendue désertique chatouillée par les rayons d’un soleil "plus dangereux, tumeur" et garnie d’épaves de bagnoles devenues inertes suite à la flambée (décidément, ce réchauffement) du prix du carburant. George Miller et consorts ont abusé de cette imagerie, dépeignant l’univers post-apo comme une lutte acharnée pour les dernières gouttes d’essence : le bipède résigné retrouve l’usage de ses guiboles et utilise les barils vides pour se bâtir un petit nid suffisamment costaud pour résister aux assauts des pillards. Autant héritier de cette vision dystopique que de la conjoncture économique actuelle, le récit de Sang Plomb offre cependant une alternative un peu plus enthousiasmante pour les amateurs de tripailles : après de vaines tentatives pour mettre au point un système de carburant bio à base de jus d’herbe (lui aussi sujet aux inflations, décidément), Archie Andrews, féroce végétarien, conçoit un moteur capable de s’animer grâce à quelques gouttes de sang humain.

Plus malin qu’il n’y paraît, Sang Plomb, récompensé aux festivals de Chicago et de San José, compense son manque évident de moyens par une vraie ingéniosité d’écriture dans l’hyperbole, filée de bout en bout : la ville de résidence d’Archie ne semble compter que deux commerces (une échoppe pour végétariens et une boucherie, ces commerces étant respectivement tenus par la reine des naïves, vierge de surcroît, et une diablesse qui a de la cuisse), attirant chacun une clientèle bien différente. En pénétrant lentement dans le royaume du Mal, au gré des morituri qu’il balance dans son coffre contenant la machine létale, Archie se métamorphose. Le pleurnichard qui répugnait à l’idée de voir souffrir une bête à poils ou à plumes se transforme en une créature assoiffée de sang et de barbaque doublée d’un pervers avide de nouvelles expériences (voir les flashbacks de ses séances de sauterie avec Denise, la sublime tenancière du stand à viande).

A force, la mécanique se montre répétitive, les bons mots ne leurrent plus et l’amateurisme de l’ensemble reprend le dessus. Même sur sa petite heure vingt minutes, le concept fatigue en accumulant les tours de pistes autour de la question et les prestations peu convaincantes de la plupart des éléments du casting n’aident pas à raviver l’intérêt. Sang Plomb n’est pas suffisamment riche pour qu’on ait envie de faire derechef le plein ..


Commentaires sur le film

3 etoiles

Acteurs nuls, mais l’histoire est tellement marrante que sa frise le génie !

9 janvier 2013 à 20:01 | Par nico

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage