Critique de film

pub

Soldier

"Soldier"
affiche du film

Dans un futur apocalyptique où les soldats sont sélectionnés et entraînés dès leur plus jeune âge à devenir des machines de combat sans pitié, la survie du plus fort est devenue le maître mot. Vétéran de nombreuses guerres intergalactiques, Todd est un de ces soldats que rien n'arrête. Jusqu'au jour où une nouvelle génération de soldat biogénétiques fait son apparition. Suite à un combat avec ces nouvelles machines de guerre, Todd est laissé pour mort.

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Soldier - I’m not a soldier, ...
Par : Chroniqueurs

Par Dante

Dans la famille des séries B de science-fiction, il était presque normal de voir apparaître ce tâcheron de Paul Anderson, qui à l’époque n’avait encore rien commis de grave. Incursion dans le genre hautement jouissif du post-nuke, magnifié par Carpenter dans son dyptique sur Snake Plisken, Anderson s’offre le luxe d’engager Snake en personne, et recycle un scénario qui n’a absolument rien à voir avec un certain Universal Soldiers d’Emmerich, sorti 6 ans auparavant.

Racontant les déboires d’un super-soldat, super-entraîné, laissé pour mort sur une planète hostile, qui va retrouver son humanité au contact d’un peuple laissé pour compte avant de se rebeller contre ses anciens employeurs, Soldier n’est absolument pas un film intelligemment construit. Resservant avec froideur tous les poncifs du genre : société militarisée, pauvreté, écologie, pouvoir. Anderson ne s’aventure jamais plus loin que les chemins battus, se complaisant dans la reprise écervelée des conventions bâties par d’autres. Là où la prise de conscience du super-soldat aurait dû être une des scènes-charnière du film, Anderson opte pour quelques dialogues mièvres sans grand intérêt. Occultant toutes réflexions et pensées un tant soi peu subversives, inhérentes au genre du post-nuke et à l’anticipation. le réal se concentre sur l’esbrouffe, à coup de scènes de bataille, de combat et d’effets spéciaux jamais introduits convenablement.

Pourtant Anderson avait tous les atouts en main pour renouveler le genre, notamment un casting trois étoiles, qui nous offre une série de seconds couteaux impressionnante. En tête, le mythique Kurt Russel, ici relégué au statut de bloc de marbre inexpressif, et son ennemi juré Jason Scott Lee, masse de muscles à l’unique expression faciale (en même temps pas sûr qu’il sache faire plus). Mais on y rencontre également la belle Connie Nielsen inexploitée, Sean Dog soldiers Pertwee (méconnaissable avec ses attributs capillaires), Michael The Shield Chiklis ou encore Jason Isaacs. Casting en or pour une série B, bien mal exploité, chacun des personnages n’étant qu’une caricature ambiante monotone et vaine.

Alors que reste-t-il à ce film de seconde zone ? Le miracle des années 90, car Anderson peut encore se permettre d’aligner des scènes bien violentes, qui ne manquent pas de titiller notre fibre sadique. Et force est de constater que le réal n’y va pas avec des pincettes, massacrant une population entière sans qu’on comprenne pourquoi, nous livrant même des combats bien hard corp à coup d’énucléations sanglantes. A côté de ce jusqu’au-boutisme tiédard, on peut tout de même signaler les décors de bonne facture et quelques effets spéciaux sympathiquement ficelés.

Une série B divertissante qui n’exploite jamais ses possibilités scénaristiques mais offre quelques scènes d’action bien senties, rappelant toujours avec la même nostalgie que fut un temps où le cinéma d’exploitation était un peu plus libre et plus créatif. Un Anderson encourageant au final, eu égard de ses ratages suivants.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage