News

Sortie DVD - Kingsman : Le Cercle d’Or

15 février 2018 | Par : Quentin Meignant

Y a-t-il un agent pour sauver le monde ?

Cartoonesque, délirant, plein de bonhomie et spectaculaire, autant d’attributs qui étaient venus égayer et caractérisaient à merveille Kingsman : Services Secrets, oeuvre majeure d’un Matthew Vaughn en pleine forme. Autant dire que sa suite, Kingsman : Le Cercle d’Or, sorti le 10 octobre dernier en salles et désormais proposé en DVD et en Blu-ray depuis une paire de jours, était particulièrement attendu et devait normalement servir de cerise sur le gâteau. Est-ce le cas ? Réponse dans quelques lignes.

Le pitch : KINGSMAN, l’élite du renseignement britannique en costume trois pièces, fait face à une menace sans précédent. Alors qu’une bombe s’abat et détruit leur quartier général, les agents font la découverte d’une puissante organisation alliée nommée Statesman, fondée il y a bien longtemps aux Etats-Unis.
Face à cet ultime danger, les deux services d’élite n’auront d’autre choix que de réunir leurs forces pour sauver le monde des griffes d’un impitoyable ennemi, qui ne reculera devant rien dans sa quête destructrice.

Avec une base de départ frisant l’excellence, Kingsman : Le Cercle d’Or était le genre de métrage qui pouvait soit faire preuve de génie, soit dérouler sans réel panache en s’appuyant sur le premier opus. Force est de constater qu’à l’autopsie, le nouveau film de Matthew Vaughn se situe pile entre les deux extrêmes, se contentant d’être une sorte de calque de Services Secrets tout en faisant preuve d’un certain brio dans le déroulement de ses scènes d’action, toujours plus inventives et délirantes, et dans le choix de sa distribution.

Celle-ci s’appuie ainsi sur un casting cinq étoiles où brille particulièrement Julianne Moore, grande méchante de l’histoire, qui sert une prestation tout simplement incroyable. Le reste de la distribution est à l’avenant, les personnages campés à merveille suscitant même l’empathie, sentiment presque absent du premier volet. C’est néanmoins aussi là que le bât blesse puisque, à force de jouer sur tous les tableaux, Le Cercle d’Or se perd un peu au niveau émotionnel et perd de surcroît une pierre angulaire avec la disparition de l’âge adolescent qui faisait le charme de Services Secrets. Vince Vaughn ayant déjà développé cet axe à de nombreuses reprises, comme par exemple sur X-Men : Le Commencement, il est dommageable qu’aucun rôle "d’apprenti" n’ait été prévu dans le script, celui-ci ayant pu apporter la fraîcheur nécessaire à l’ensemble.

Quoi qu’il en soit, Kingsman : Le Cercle d’Or n’est pas un "film de vieux" pour autant et revisite à merveille les codes du film d’action et d’espionnage. Sans être la nouvelle bouffé d’air frais espérée par les fanatiques du premier volet, le film de Matthew Vaughn constitue une péloche tout à fait appréciable à défaut de marquer indéfiniment les esprits. Et si le troisième opus, prévu pour l’an prochain venait changer la donne ?

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message
  • Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage