News

Sortie DVD - Zombillénium

19 février 2018 | Par : Quentin Meignant

Arthur de Pins nous fait son cinéma

Projet dont on ne savait trop s’il fallait avoir peur ou saliver d’avance, Zombillénium, succès littéraire depuis des années, s’est offert les fastes d’une jolie petite exploitation dans les salles françaises avant de débarquer ce jour en DVD et Blu-ray. Autant dire que les fans de l’oeuvre d’Arthur de Pins seront à la fête...

L’action de Zombillénium prend place dans le parc d’attractions d’épouvante Zombillénium où les monstres ont le blues. Non seulement, zombies, vampires, loups garous et autres démons sont de vrais monstres dont l’âme appartient au Diable à jamais, mais en plus ils sont fatigués de leur job, fatigués de devoir divertir des humains consuméristes, voyeuristes et égoïstes, bref, fatigués de la vie de bureau en général, surtout quand celle-ci est partie pour durer une éternité... Jusqu’à l’arrivée d’Hector, un humain, contrôleur des normes de sécurité, déterminé à fermer l’établissement. Francis, le Vampire qui dirige le Parc, n’a pas le choix : il doit le mordre pour préserver leur secret. Muté en drôle de monstre, séparé de sa fille Lucie, et coincé dans le parc, Hector broie du noir... Et si il devenait finalement la nouvelle attraction phare de Zombillénium ?

Accompagné d’Alexis Ducord à la réalisation, Arthur de Pins a d’emblée pris les chose en mains dans ce projet forcément attendus des fans de sa BD. Et le moins que l’on puisse dire est que ceux-ci n’ont pu qu’être ravi de découvrir un résultat plus qu’appréciable, notamment doté d’une imagerie de belle facture et surtout de l’esprit rock’n roll qui fait le sel de l’oeuvre originale.

Il ne faut donc pas longtemps pour s’attacher à cette oeuvre que l’on peut qualifier de fidèle au récit d’origine même si, pour faciliter la synthétisation de son ensemble livresque, Arthur de Pins a dû créer un héros inédit : Hector, un père de famille aussi peu aimable qu’accro à son travail. Si ce personnage s’avère être lisse et peu enclin à susciter une quelconque sympathie auprès du spectateurs - surtout l’amateur de BD -, il sert néanmoins de pierre angulaire au récit pour amener au mieux toutes les idées et tout l’esprit de l’univers Zombillénium. En faisant fi de son manque de charisme, il est donc aisé de se replonger à 100% dans le monde de de Pins et de profiter d’un spectacle qui, sans être grandiose, est tout à fait appréciable.

Sans exceller à quelque niveau que ce soit, ce Zombillénium est une sacrée bonne surprise au niveau du cinéma français et est donc presque incontournable dans le panorama actuel. Autant dire que l’on signerait tout de suite pour qu’un franchise émerge du travail de sape de de Pins...

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage