Critique de film

Les critiques à propos de ce film

Sortie Netflix - Le Rituel
Par : Quentin Meignant

Promenons-nous dans les bois

Auteur d’une première percée convaincante dans le domaine du long métrage de genre en 2007 avec The Signal, David Bruckner passe depuis pour un bon faiseur qui a néanmoins délaissé sa carrière solo pour s’atteler à nombre de projets communs et anthologiques, du bon premier opus de VHS à l’excellent Southbound. Avec Le Rituel, proposé en première mondiale sur Netflix, l’occasion était donc belle de revoir le metteur en scène officier en solo.

Basé sur un script de Joe Barton d’après un roman d’Adam Nevill, Le Rituel suit un groupe d’amis de longue date qui supporte plus ou moins bien son vieillissement global. Suite à un événement dramatique qui coûtera la vie à l’un d’entre eux, le groupe décide d’aller se ressourcer lors d’une randonnée entre la Suède et la Norvège. S’écartant des chemins balisés pour plonger dans une gigantesque forêt, les membres du groupe ne se doutent pas que leurs vies sont en danger.

Avec une entame aussi brutale que celle mise en place par David Bruckner qui excelle d’emblée dans la violence graphique et émotionnelle, Le Rituel captive avant même d’entrer dans sa phase forestière. Celle-ci débute d’ailleurs de belle manière grâce à une photo impeccable, des décors à couper le souffle et un score très efficace. Conférant d’emblée une ambiance mystique aux lieux, ce dernier cadre parfaitement avec la certaine maestria de David Buckner derrière la caméra, ce dernier enchaînant quelques travellings aériens de très belle facture.

Cette technique sera utilisée à de nombreuses reprises tant pour magnifier les lieux que pour renforcer l’ambiance horrifique, certaines séquences de cabane faisant indéniablement penser à Evil Dead, rien que ça. Film d’ambiance aux multiples facettes, Le Rituel ne manque pas non plus d’alimenter son body count et de développer quelques plans gore de bon aloi. Tout se déroule donc à merveille durant la majeure partie de l’oeuvre jusqu’à un final étonnant. Changeant totalement de ton, le métrage n’use plus des ficelles du suspens et s’inscrit dans une thématique pas tout à fait maîtrisée malgré un creature design à la limite de la perfection.

Seconde oeuvre solo de David Bruckner, Le Rituel est sans conteste la plus belle création du cinéaste à l’heure actuelle, notamment grâce à la maîtrise de ses multiples procédés techniques. Cette grosse sortie Netflix ne peut donc guerre laisser indifférent malgré quelques approximations finales un brin gênantes.

La note de Quentin Meignant :

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage