Critique de film

pub

Star Trek Into Darkness

"Star Trek Into Darkness"
affiche du film

Alors qu’il rentre à sa base, l’équipage de l’Enterprise doit faire face à des forces terroristes implacables au sein même de son organisation. L’ennemi a fait exploser la flotte et tout ce qu’elle représentait, plongeant notre monde dans le chaos… Dans un monde en guerre, le Capitaine Kirk, animé par la vengeance, se lance dans une véritable chasse à l’homme, pour neutraliser celui qui représente à lui seul une arme de destruction massive. Nos héros entrent dans un jeu d’échecs mortel. L’amour sera menacé, des amitiés seront brisées et des sacrifices devront être faits dans la seule famille qu’il reste à Kirk : son équipe.

pub


Trailer - Star Trek Into Darkness (2013)
Par : Damien Taymans


STAR TREK INTO DARKNESS - Trailer / Bande... par Lyricis

Les critiques à propos de ce film

Critique de Star Trek Into Darkness
Par : Gilles Penso

Au moment de la sortie de son premier Star Trek, alors qu’un journaliste lui demandait de définir ce que pourrait être la séquelle d’une préquelle, J.J. Abrams avait répondu : « un remake ». Derrière la boutade, le cinéaste mettait en avant la complexité liée aux multiples déclinaisons qu’Hollywood fait subir depuis le début des années 2000 à la majorité de ses films à succès : remakes, suites, prequels, reboots, crossovers, spin-off… Pour compliquer davantage les choses, Abrams a décidé de situer les aventures de son Star Trek dans une réalité parallèle alternative, s’autorisant ainsi à puiser dans le très riche patrimoine créé par Gene Roddenberry et ses successeurs, tout en réorganisant les données à sa sauce et en toute liberté.

Star Trek Into Darkness permet d’apprécier pleinement le potentiel de ce parti pris expérimental. L’équipage de l’Entreprise ayant été constitué dans le film précédent, l’action peut démarrer sur les chapeaux de roues sans nécessité de présentations préalables. Un pré-générique conçu sur le modèle de ceux des James Bond nous coupe donc le souffle dès les premières minutes : course-poursuite échevelée sur une planète écarlate peuplée d’aliens primitifs, menace d’une colossale éruption volcanique, tensions extrêmes lorsqu’un des héros décide de se sacrifier, compte à rebours décisif… Après cette entrée en matière explosive, l’intrigue se met en place sur la Terre du futur. Alors que Kirk est rétrogradé pour cause d’insubordination, un terrible double attentat frappe la Fédération et oblige les membres de l’Enterprise à parcourir l’espace à la recherche d’un terroriste impitoyable dont les intentions sont énigmatiques. Leur périple les conduit en territoire ennemi, dans une zone habitée par le peuple Klingon, mais ils sont loin d’être au bout de leurs surprises.

Le tour de force scénaristique de Star Trek Into Darkness réside dans la construction d’une intrigue totalement originale, mais dont la majorité des éléments narratifs proviennent pourtant d’un autre film : le fameux Star Trek 2 réalisé en 1982 par Nicholas Meyer. Du coup, nous n’avons affaire ni à un remake, ni à une prequel, mais plutôt à une variante audacieuse qui met tout particulièrement l’accent sur les dilemmes, les choix cornéliens, les luttes intestines et les coups de théâtre. L’humain est donc au cœur de l’aventure, comme toujours chez J.J. Abrams, et même les séquences d’action les plus extrêmes (la fusillade en pleine cité, les combats spatiaux, l’hallucinante poursuite finale) sont sous-tendue par des enjeux personnels qui, souvent, se redéfinissent en cours de route.

L’implication du spectateur est donc totale, d’autant que Benedict Cumberbatch, transfuge de la série Sherlock, nous hypnotise quasiment à chacune de ses apparitions, son charisme imprégnant durablement l’écran. D’un seul regard, d’une seule intonation, le comédien s’impose et devient la figure centrale du drame, les posters du film ne laissant aucune ambiguïté à cet égard. Le seul véritable reproche qu’on pourrait adresser au film est son absence de dimension métaphysique ou politique, deux composantes pourtant essentielles de l’univers imaginé par Roddenberry. Mais les intentions de J.J. Abrams se situent ouvertement ailleurs, sur le terrain brut de la tragédie à échelle humaine et du conflit interne. Et dans ce domaine, force est de reconnaître que Star Trek Into Darkness est une prodigieuse réussite.

Pour découvrir les critiques de Gilles Penso, cliquez ici


Critique de Star Trek : Into Darkness
Par : Fred Pizzoferrato

N’en déplaise aux esprits chagrins et aux puristes, la réappropriation de l’univers « Trek » par J.J. Abrams avait donné, voici quatre ans, un des reboots les plus enthousiasmants de l’histoire de la science-fiction. Créant, fait inédit, une nouvelle continuité temporelle qui permettait de garder les bases tout en explorant des voies inédites (idée ensuite reprise par les comics DC pour leur « Renaissance »), Star Trek remettait les compteurs à zéro (ou presque puisque Leonard Nimoy y demeurait le Spock d’un futur désormais alternatif) et permettait à la saga de connaitre un regain de popularité salutaire après l’annulation de la cinquième série télévisée dérivée, « Enterprise ».

Star Trek Into Darkness poursuit la révision du gigantesque monde « Trek » en simplifiant l’intrigue pour jouer ouvertement la carte de l’action et du pur divertissement haletant qui multiplie les scènes explosives.

Lors d’une mission sur Nibiru, le capitaine Kirk sauve la vie de Spock mais, ce faisant, viole la Directive Première qui interdit aux agents de Starfleet d’interférer avec des peuplades primitives. En punition, Kirk se voit rétrogradé et réassigné sur l’Enterprise en tant que second sous le commandement de Christopher Pike. Quelques temps plus tard, le quartier général de la Fédération est menacé et un attentat dévastateur est commis à Londres, au siège des archives. Une réunion d’urgence, convoquée par les hautes instances terriennes, aboutit à un véritable massacre lorsque le terroriste John Harrison attaque la réunion et tue de nombreuses personnalités de Starfleet, y compris Pike. Le meurtrier fuit ensuite jusque Kronos, capitale de l’Empire Klingon où il espère trouver refuge loin de la juridiction terrienne. Mais un petit commando mené par Kirk décide de l’en déloger…

Star Trek Into Darkness délaisse le scénario complexe du précédent (dont les divers lignes temporelles avaient largués certains spectateur) pour privilégier une course poursuite linéaire digne d’un space opéra de l’âge d’or. Le long-métrage s’avère, par conséquent, prévisible et la plupart de ses péripéties sont attendues (d’autant qu’il constitue un « remake » modernisé d’un épisode cinématographique antérieur) mais qu’importe : le plaisir est bien là ! L’évolution récente de la science-fiction et les blockbusters de plus en plus spectaculaires proposés par Roland Emmerich ou Michael Bay devait, fatalement, déteindre sur une des sagas les plus légendaires du genre. Beaucoup (hors du cercle d’initiés) reprochait en effet à Star trek de proposer des films verbeux, manquant d’action et trop préoccupés par des discussions pseudo-philosophiques de quinquagénaires pour offrir de véritables épopées et des combats spatiaux dignes de ce nom.

L’approche d’Abrams, si elle irrite les Trekkies inconditionnels, semblera donc logique dans le contexte actuel : transformer une franchise jugée poussiéreuse par le grand public (les résultats commerciaux décevant des derniers films de la Next Generation en attestent) en un space opéra nerveux susceptible de plaire à un public plus jeune. Bref, rendre accessible et moderne un univers considéré (à tort) comme ennuyeux afin de rivaliser avec la popularité « grand public » d’un Star Wars. D’où, d’ailleurs, un rajeunissement drastique de l’équipage qui permet, enfin, de retrouver le Kirk bondissant et dragueur invétéré que les spectateurs américains ont pu découvrir voici un demi-siècle. Les protagonistes apparaissent par conséquents plus impulsifs, plus émotifs, moins engoncés dans leurs certitudes et liés par leur devoir. Ils sont aussi plus sexy et plus terre-à-terre si on ose l’expression : Kirk se retrouve au lit avec deux félines humanoïdes, Spock est amoureux, pleure ou tabasse un ennemi, Bones s’enivre dans un bar,…Chacun perd de sa réserve pour se conformer davantage aux attentes du public actuel.

La réalisation, au diapason, est bien plus nerveuse et le montage se fait rapide, l’important étant de ne jamais laisser au spectateur le temps de s’ennuyer. Les morceaux de bravoure s’enchainent ainsi avec bonheur, servis par des effets spéciaux décoiffants : poursuite sur une planète hostile, sauvetage au cœur d’un volcan, attentat terroriste, attaque de Starfleet, assaut contre les Klingons, poursuite en hyper-espace, bond dans le vide…Ca bouge, ça file, ça explose sans laisser le temps de souffler ! Dès l’entame et jusqu’au climax, Abrams donne dans l’action et, visuellement, assure au film une belle réussite même si les allergiques aux lens-flares chers aux cinéastes risqueront, une fois de plus, l’indigestion de halos lumineux au bout de dix minutes.

De leur côté, les comédiens, plus à l’aise que dans l’épisode précédent, réinvestissent leur rôle, quitte à provoquer, une fois encore, l’ire des intégristes qui s’étonneront sans doute des réactions très émotives de Spock…Pour apprécier Star Trek Into Darkness il faut donc, en préambule indispensable, admettre qu’il s’agit de la vision d’Abrams sur l’univers « Trek ». Avec plus ou moins de bonheur. Benedict Cumberbatch, par exemple, ressuscite un personnage emblématique de la franchise en lui apportant davantage de nuances : il brouille adroitement les frontières entre le Bien et le Mal et devient un être « gris » aux intéressantes ambiguïtés morales. Dommage que tous les protagonistes secondaires ne puissent bénéficier de semblables développements mais cette option permet, en tout cas, de garder un rythme prenant qui alterne, de manière certes mécanique mais surtout efficace, scène d’action et passages dialogués non dénués d’une touche humoristique.

Bien sûr, Star Trek Into Darkness n’est pas sans défaut : son scénario, par exemple, est – si on y réfléchit plus de cinq secondes – truffé d’invraisemblances énormes, de coïncidences incroyables et de deux ex machinas sortis de nulle part pour colmater les brèches du récit. Mais est-ce tellement important devant le plaisir ressenti à ce grand space opéra qui retourne pratiquement aux sources du genre (les sagas à la Edmond Hamilton par exemple) où une poignée de héros sûrs de leur courage sauvaient le monde avec un tournevis et un pisto-laser ? Nous sommes, après tout, dans le merveilleux et le « sense of wonder » et il importe surtout de se laisser emporter par le souffle épique d’un long-métrage enthousiasmant. Quelques clins d’œil aux fans de la première heure devraient d’ailleurs satisfaire ceux-ci, de l’apparition surprise d’un personnage bien connu à la musique originelle qui résonne durant le générique de fin, après le discours bien connu de Kirk (« these are the voyages… ») et une réplique référentielle. Seule la réplique à l’identique (mais inversée !) de la scène finale de Star Trek 2 parait quelque peu appuyée et forcée, tout comme la solution miracle (attendue) utilisée pour sauver un des héros. Mais ce ne sont, encore une fois, que des broutilles, de menus bémols qui ne pèseront pas lourds devant la profusion de réussites.

Souvent visuellement grandiose, généreux, bourré d’action, Star Trek Into Darkness constitue le divertissement science-fictionnel idéal et, à moins d’être complètement réfractaire à ce genre de films, il est impossible de s’y ennuyer tant Abrams maintient un rythme constant et accumule les séquences explosives pétaradantes. Du pur spectacle pop-corn pour petits et grands et la perspective de rendre (enfin !) la saga accessible au plus grand nombre et réellement populaire ! Vivement la suit puisque l’Enterprise est prêt pour sa mémorable mission de cinq ans, là où nul n’a été auparavant. « Où allons-nous, capitaine ? ». « Droit devant » !


Commentaires sur le film

2 etoiles

trop de longueurs et de larmes qui m’ont laissé de marbre, pourtant les mecs sont mignons bordel !

21 juin 2013 à 08:06 | Par charlotte
Catastrophique

1 etoiles

daube Daube !

Tout l’intérêt de Star Trek (la première saison), en l’occurrence les idées relatives à la technologie du futur, les relations au sein d’un équipage et inter-espèces, la charge des responsabilités hiérarchiques, la dichotomie raison/passion illustré par Spock, l’exploration dans des mondes inconnus.......tout cela est mort et enterré dans ce film atroce et sans âme qui ne fait rien d’autre que d’enchaîner des scènes d’action totalement creuses.
Vide, futile, bruyant. Une daube totale.

10 février 2014 à 22:02 | Par Melusham

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 39100 photo 39101 photo 39102
Voir la galerie complète

News associées (72)

octobre 2013
Une nouvelle série Star Trek ?
12/10/2013
juin 2013
Clip punchy pour Star Trek Into (...)
15/06/2013
Critique de Star Trek : Into (...)
18/06/2013
mai 2013
Le plein de vidéos VF pour Star (...)
27/05/2013
Box-office US : Star Trek Into (...)
27/05/2013
Box-office US : Fast & Furious 6
26/05/2013
Star Trek Into Darkness vers des (...)
19/05/2013
Trois spots TV pour Star Trek (...)
13/05/2013
Trailer - Star Trek Into Darkness (...)
9/05/2013
Photos - Star Trek Into Darkness (...)
9/05/2013
Critique de Star Trek Into Darkness
9/05/2013
Officiel : le méchant de Star Trek (...)
9/05/2013
Trois vidéos pour Star Trek Into (...)
3/05/2013
avril 2013
Premier extrait pour Star Trek (...)
23/04/2013
De l’action pour Star Trek Into (...)
20/04/2013
Nouveau trailer pour Star Trek (...)
17/04/2013
Nouveau spot pour Star Trek : (...)
2/04/2013
mars 2013
Bande-annonce française pour Star (...)
30/03/2013
Nouveau trailer pour Star Trek 2 (...)
22/03/2013
Bryan Singer pour réaliser Star (...)
13/03/2013
Une date de sortie pour... Star (...)
12/03/2013
Nouvelle affiche pour Star Trek : (...)
11/03/2013
Nouveau teaser pour Star Trek : (...)
10/03/2013
février 2013
Featurette sous-titrée pour Star (...)
26/02/2013
Capitaine Kirk : "J.J. Abrams (...)
13/02/2013
J.J. Abrams tout de même sur Star (...)
11/02/2013
Nouveau spot TV pour Star Trek 2 (...)
4/02/2013
janvier 2013
Une vidéo pour Star Trek 2 !
30/01/2013
Star Trek 2 : Abrams a été obligé à (...)
10/01/2013
Le plein de photos pour Star Trek (...)
4/01/2013
décembre 2012
Nouveaux clichés pour Star Trek 2 (...)
27/12/2012
Nouveau trailer pour Star Trek 2 (...)
17/12/2012
Cumberbatch parle du méchant de (...)
13/12/2012
Nouvelle image pour Star Trek 2 (...)
11/12/2012
Bande-annonce pour Star Trek 2 (...)
6/12/2012
Première affiche pour Star Trek 2 (...)
3/12/2012
novembre 2012
Synopsis officiel pour Star Trek (...)
27/11/2012
octobre 2012
Star Trek 2 : le teaser qui fait (...)
6/10/2012
septembre 2012
Un titre pour Star Trek 2 ?
8/09/2012
juin 2012
Teaser pour Star Trek 2 !
5/06/2012
Damon Lindelof arrête le cinéma (...)
3/06/2012
mai 2012
On connaîtrait le méchant de Star (...)
1er/05/2012
avril 2012
Leonard Nimoy dans Star Trek 2 (...)
30/04/2012
février 2012
Vidéo de tournage pour Star Trek 2 (...)
28/02/2012
Premières photos de tournage pour (...)
25/02/2012
janvier 2012
Le tournage de Star Trek 2 a débuté
15/01/2012
J.J. Abrams regrette la 3D sur (...)
11/01/2012
Nouvel arrivant pour Star Trek 2 (...)
10/01/2012
Nazneen Contractor dans Star Trek (...)
8/01/2012
Deux nouveaux venus pour Star (...)
5/01/2012
décembre 2011
Action Movie FX, une application (...)
29/12/2011
Simple conversion 3D pour Star (...)
22/12/2011
Edgar Ramirez ou Jordi Molla dans (...)
8/12/2011
Benicio Del Toro refuse Star Trek (...)
6/12/2011
Peter Weller dans Star Trek 2 (...)
5/12/2011
Alice Eve engagée sur Star Trek 2 (...)
1er/12/2011
novembre 2011
De la 3D pour Star Trek 2 !
24/11/2011
Benicio Del Toro toujours en (...)
23/11/2011
Benicio Del Toro dans Star Trek 2 (...)
5/11/2011
septembre 2011
J.J. Abrams confirmé pour Star (...)
14/09/2011
août 2011
Un parc Star Trek... en Jordanie (...)
9/08/2011
juillet 2011
Abrams se consacre enfin à Star (...)
29/07/2011
mai 2011
Star Trek 2 repoussé à Noël 2012 (...)
26/05/2011
Abrams ou pas pour Star Trek 2 (...)
25/05/2011
novembre 2010
Scénario presque terminé pour Star (...)
19/11/2010
septembre 2010
Un Star Trek 2 à la The Dark Knight
5/09/2010
août 2010
Greenwood défend sa place dans (...)
22/08/2010
juillet 2010
Tournage imminent pour Star Trek (...)
22/07/2010
Lindelof va contribuer à Star Trek (...)
10/07/2010
février 2010
Orci et Kurtzman évoquent Star (...)
5/02/2010
janvier 2010
Star Trek 2 sortira en juin 2012 (...)
17/01/2010
Star Trek 2 dès fin 2011 ?
9/01/2010
décembre 2009
Khan confirmé dans Star Trek 2 (...)
2/12/2009
octobre 2009
Star Trek 2 en 2012 ?
23/10/2009
La préproduction de Star Trek 2, (...)
19/10/2009
septembre 2009
Abrams à fond dans Star Trek 2 (...)
19/09/2009

Récentes critiques

affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage