Critique de film

pub

Sulfures

"Don't Let Him In"
affiche du film

Tristan a accepté de venir passer le week-end avec Mandy, son frère et sa petite amie infirmière urgentiste loin de la ville. Même si il considère sa relation avec Mandy comme une aventure sans lendemain, ses secrets le poussent à fuir à la campagne. A leur arrivée, un agent de police les avertit qu’un tueur en série sadique sévit dans la région. surnommé le chirurgien des arbres, il massacre brutalement et selon un rituel précis ses proies, en arrachant et suspendant les parties du corps de ses victimes dans les arbres en guise d’offrandes. Cette nuit-là, un étranger arrive à moitié mort, l’estomac fendu et Paige lui sauve la vie - mais est-il réellement Shawn l’auto-stoppeur innocent qu’il prétend-être ? Les doutes et la suspicion s’installent, et des massacres commencent à se produire…

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Sulfures - Please, don’t !
Par : Geoffrey Marmonier

Les fans français de films d’horreur regardent souvent le Royaume-Uni avec envie, tant ce pays semble représenter tout ce que l’Hexagone est incapable de produire : du cinéma de genre de qualité malgré des budgets moindres. Cependant, on oublie souvent que pour un The Descent ou un 28 Jours plus tard prestigieux qui traversent la Manche et font une carrière internationale, de nombreux films à très petit budget ne franchissent jamais les frontières du pays. Et lorsqu’on découvre un film comme Sulfures, on se dit que finalement c’est tout aussi bien.

Sulfures (étrange traduction française sans queue ni tête du titre original Don’t let him in) rassemble à peu près toutes les tares du cinéma horrifique à petit budget. On a tout d’abord des acteurs à la ramasse qui au choix surjouent n’importe comment (le tueur qui une fois découvert se met à baver abondamment pour bien montrer qu’il est totalement fou) ou sont absolument inexpressifs. Tournage en DV oblige, le film est d’une laideur visuelle assez hallucinante, malgré les effets cache-misère apposés par le réalisateur : cuts rapides sur les morceaux de corps que l’on devine assez loupés, éclairage rougeâtre moche dans l’antre du tueur. Mais surtout, le scénario de Sulfures est d’une indigence rare, à la fois ultra prévisible malgré sa tentative ratée de twist (difficile de ne pas deviner en moins de 10 minutes comment tout ça va se terminer) et totalement portnawak. Le film aligne les perles incohérentes et foireuses au point qu’on se demande si le script n’a pas été écrit par un gosse de 8 ans : un personnage qui utilise des vers pour en étouffer un autre (on a vu plus efficace pour éliminer quelqu’un rapidement), une fille se laisse convaincre en deux minutes d’ouvrir la porte à un type qui vient de tuer son frère, l’héroïne infirmière recoud une plaie profonde au ventre d’un des personnages et lui propose quelques heures plus tard d’aller se balader dans les bois, la même plante un couteau dans l’épaule du tueur avant d’attendre béatement que celui-ci le retire et l’attaque avec, le flic du village débarque de nulle part dans une ferme désertée en fin de métrage juste pour se faire planter par l’héroïne qui l’a pris pour le tueur… Mais la meilleure scène du film reste ce flashback absolument hilarant dans lequel une prof de dessin emmène ses étudiantes crayonner dans la forêt. Sermonnant une de ses élèves parce que celle-ci dessine un cadavre démembré au lieu d’un arbre, elle se voit prise de court lorsque l’étudiante en question lui montre que son sujet d’étude est bien un arbre sur lequel est pendu un cadavre ! Cerise sur le gâteau, le DVD édité par Emylia pour Mad Movies est d’une qualité telle que les sous-titres sont dignes d’un mauvais fansub de divx, alignant les contresens hilarants et fautes d’orthographes énormes.

Bref, si les DVD Mad Movies avaient gagné en qualité depuis quelques mois, ce Sulfures d’une nullité rare vient tout de suite redresser la barre…


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage