Critique de film

pub

The Call

"The Call"
affiche du film

Une opératrice d'un poste de police reçoit un appel téléphonique d'une adolescente menacée par un tueur...

pub


Trailer - The Call (2013)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Call - Un thriller téléphoné
Par : Damien Taymans

Avec The Call, Brad Anderson signe son grand retour dans nos salles après avoir ses œuvres antérieures (le prenant Transsiberian, le médiocre L’Empire des ombres) bradées chez nous en direct-to-video. Un retour d’autant plus attendu que le cinéaste a entre temps composé avec quelques commandes télévisuelles, pour le compte des séries Fringe, Person of Interest ou Alcatraz. La transition s’opère en douceur, le formatage télévisuel sert de cadre à ce long-métrage cinématographique. Durant une heure, The Call impose un rythme haletant et une tension allant crescendo, imprimés à la pellicule par le découpage des séquences et le brio de la mise en scène. Passé une mise en place dynamique qui expose, avec une certaine urgence, les enjeux dramatiques (une opératrice du 911 subit un traumatisme en condamnant à la mort une ado) et les forces en présence (la téléphoniste campée par Halle Berry et un tueur à la vague silhouette), le récit s’amuse au bis repetita en offrant à l’héroïne une possibilité de rémission. Meurtrie par l’incident, Jordan Turner guide à l’aveugle une ado kidnappée dans un centre commercial et enfermée dans le coffre de la voiture de son ravisseur.

Malgré quelques facilités d’écriture (la coordination des forces de police est incroyablement rodée, la débrouillardise de la captive étonne) des œuvres de Richard d’Ovidio (l’affligeant 13 Ghosts), le script s’avère suffisamment bien troussé et riche en rebondissements pour que ce thriller demeure crédible. Jusqu’à ce que l’intrigue privilégie au confinement claustro un survival approximatif au cours duquel l’opératrice quitte son standard pour mener elle-même sa propre enquête à la faveur d’un tintement anodin (merci Se7en !). Dès cet instant, le script de The Call ne devient qu’une compilation de rebondissements absurdes et d’improbables coïncidences et gagne en frissons (le rapprochement des personnages et l’abondance de plans rapprochés y contribuent) ce qu’il perd en crédibilité.

Le dénouement misogyne douteux conclut un dernier tableau à la ramasse qui termine de faire virer ce thriller efficace lorgnant vers le cinoche de Lustig (l’horreur graphique, la chambre de reconstitution) avant de se vautrer comme un film de Joel Schumacher, prédécesseur de Brad Anderson sur le projet. Le pire - un second Phone Game ? - a donc été épargné...


Commentaires sur le film

3 etoiles

Porté par une Halle Berry plus en forme que dans certaines des dernières productions auxquelles elle a pu participer et par Abigail Breslin dans le rôle de la jeune femme kidnappée The Call, a défaut d’être le film de l’année, aura réussi son pari en parvenant avec succès à divertir et en garantissant quelques longues minutes de tension devant son écran.
La première heure laisse place à de véritables moments de stresse, la situation est installée et les personnages, hélas bien trop peu développés, légèrement approfondis par le biais des rebondissements. Rondement menée cette première partie du film apporte suffisamment d’ingrédients pour nous permettre de passer sur la deuxième partie du film.
L’aspect typiquement "survival" aurait pu être très bien exploit

28 août 2013 à 17:08 | Par Redpix

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 40118 photo 40117 photo 40119
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage