Critique de film

pub

The Unthinkable

"Den blomstertid nu kommer"
affiche du film

Alors que la Suède subit une mystérieuse attaque supposée terroriste, Alex est contraint de retourner dans son village natal. Il y retrouve Anna, son amour de jeunesse, ainsi que Björn, son père avec lequel il n’a pas parlé depuis des années. Ensemble, ils devront renouer les liens brisés afin de survivre dans un pays plongé dans le chaos…

pub


Trailer - The Unthinkable (2018)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Unthinkable - 2012 en 2019
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2019

Alex est un homme meurtri. Dévalué par son paternel, abandonné par sa mère, ce gamin un peu marginal s’est construit seul et, s’il semble avoir trouvé sa voie dans la musique, il reste un adulte torturé qui a fui sa ville natale pour échapper au malheur. Mais il a sacrifié Anna, celle qu’il aimait. Et il brûle depuis de la retrouver. Le fait qu’il ait choisi comme moment celui où une énorme catastrophe d’ordre terroriste se déroule dans son pays ne risque pas d’arranger les choses...

Décidément, la Scandinavie est mise à l’honneur dans nos festivals francophones : présentés à Gérardmer, les suédois Zoo, Aniara et The Unthinkable repartent auréolés de succès (le deuxième glane ex-aequo avec le troisième le Prix du jury mais ce dernier se voit récompensé du Prix de la critique et du Prix du jury jeunes) avant d’atterrir dans la sélection de cette édition du BIFFF. Qualitatives et ambitieuses, ces trois productions redonnent du lustre à un genre suédois quelque peu fébrile ces dernières années après le choc Morse. Ambitieux, le collectif Crazy Pictures l’est assurément : cette association de cinq amis d’enfance passionnés de cinéma écume les festivals avec leurs courts-métrages et décident un beau jour de donner naissance à un long. Mais dans un objectif bien précis : en mettre plein la vue à leurs concitoyens et prouver à l’international que cette production moins friquée que ses voisins est également capable d’envoyer du steak.

La cible est atteinte : The Unthinkable parvient à offrir quelques séquences-catastrophes assez spectaculaires grâce à des CGI qui ont phagocyté l’essentiel de la maigre enveloppe budgétaire (un peu moins de 2 millions d’euros). Pour parvenir auxdites scènes, Crazy Pictures tisse une histoire centrée sur quelques personnages torturés qui voient dans cette épreuve une possibilité de rédemption, de pardon ou de renouement. Au prix d’une mise en scène posée, sans les traditionnels artifices d’un montage épileptique reproduisant l’urgence, le récit prend le temps de suivre chacune de ses figures, allant même jusqu’à illustrer leur background et à titiller la corde sentimentale avec certaines facilités que l’on excusera. Car, lorsque le côté explosif survient, tout cet "impensable" se produit et on s’en trouve déstabilisé d’autant que les auteurs se gardent bien, dans un premier temps du moins, de crédibiliser l’une ou l’autre thèse (Daesh ? Des espions russes déguisés en Allemands ? Un complot ?).

Hélas, The Unthinkable étire un poil trop son dénouement qui aurait gagné à être raccourci d’un bon quart d’heure. Mais il ne faut pas bouder son plaisir : pour un premier long, le collectif de Norrköping frappe juste et précis et montre sa capacité à tirer avantage des faibles moyens en dosant intelligemment ses effets, à la manière d’un certain Aniara, tiens tiens...


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 56877 photo 56876 photo 56875
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Five Fingers for Marseilles
2017
affiche du film
The Unthinkable
2018
affiche du film
Deadtectives
2018
affiche du film
Iron Sky 2 : The Coming Race
2019
affiche du film
American Animals
2018
affiche du film
Simetierre
2019
affiche du film
In Fabric
2018
affiche du film
Domestik
2018
affiche du film
Aniara
2018
affiche du film
I Am a Hero
2015

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage