Critique de film

pub

Trauma

"Trauma"
affiche du film

Quatre amies en visite dans un coin rural du Chili sont brutalement attaquées par un homme et son fils qui semblent descendre d’une lignée appartenant au passé sombre de l’histoire du pays…

pub


Trailer - Trauma (2017)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Trauma - Traumatisme (presque) supportable
Par : Quentin Meignant
Tags : BIFFF 2018

En pleine prise de vitesse ces dernières années au niveau du cinéma d’horreur, notamment dans le genre ouvertement trash et choquant, le cinéma sud-américain peut compter sur quelques forcenés du domaine parmi lesquels Lucio Rojas se taille une belle part de gâteau. Auteur du convaincant Sendero il y a trois ans de cela, le metteur en scène chilien revient sur le devant de la scène en 2017/2018 avec Trauma, une oeuvre à la limite du supportable qui a fait le bonheur (ou l’horreur) de nombreux festivaliers à travers le monde, dont ceux du BIFFF 2018.

Trauma suit quatre jeunes femmes parties en week-end à la campagne qui doivent faire face à l’antipathie locale. Pire, lorsqu’elles tombent nez-à-nez avec un homme étrange et particulièrement violent, c’est toute leur vie qui bascule dans l’horreur et la dépravation. Sur base de ce pitch très à même à faire virer une oeuvre dans le glauque le plus sanglant, Rojas pose d’emblée les jalons de son ensemble avec un flashback à la limite du supportable en guise de mise en bouche.

Dès lors, tout est à l’avenant durant une première partie de film plutôt dantesque qui alterne quelques séquences de dialogue assez conventionnelles et des scènes d’un sadisme rare, à la limite de la folie. Désireux de choquer le public, Rojas arrive sans problème à ses fins même si, au final, blasé par la cruauté et la glauquerie des premières scènes, le spectateur trouvera sans doute à redire dans la seconde partie de l’ensemble, un peu moins percutante et moins inventive. Quelques sensations fortes restent néanmoins à souligner dans la dernière ligne droite qui, sans prendre de gants, assène quelques derniers gros coups de boutoir.

A force de vouloir choquer et dégoûter le spectateur d’entrée de jeu, Lucio Rojas a oublié de faire tenir son film sur la longueur mais ce Trauma reste néanmoins une excellente surprise et fait sans conteste office de grosse séance de minuit de ce BIFFF 2018.

Commentaires sur le film

3 etoiles

Ce rape and revenge à la sauce chilienne - à ne pas mettre entre toutes les mains, car il s’agit clairement du film le plus violent présenté lors de cette 36ème édition – tient ses engagements, notamment grâce à une photographie haut de gamme, mais aussi à des effets gore excessivement réalistes qui amplifient le côté déviant du scénario. Même si la globalité reste somme toute assez mainstream en comparaison avec certaines oeuvres underground du même type, il faut bien avouer que Lucio Rojas a considérablement évolué depuis son premier long-métrage Sendero.

1er mai 2018 à 08:05 | Par Benoit Levenkron

2 etoiles

Sans aucun doute la séance la plus extrême du festival. Passé une introduction infâme et une scène de viol éprouvante, le film devient un rape and revenge plus traditionnel, avant de délivrer une issue de nouveau très radicale. Hormis ses bourreaux inédits qui ne sont rien de moins que le produit des abominations de la dictature chilienne, Trauma manque quelque peu d’inspiration. Les sévices présentés et les maquillages gore aussi réalistes que craspecs devraient par contre secouer plus d’un spectateur et ravir les déviants.

1er mai 2018 à 08:05 | Par Samuël Tubez

1 etoiles

Poussif, Trauma est loin d’atteindre le niveau des œuvres au parfum de soufre dont il se rapproche (il s’agissait d’une des deux séances interdites aux moins de 18 ans de ce BIFFF 2018, l’autre étant celle de Taste of Life). Son déroulement est prévisible et manque d’impact. Il s’en dégage une impression de mollesse, comme pendant ce final où l’on ne parvient plus à situer les personnages dans l’espace (qui se trouve à quel endroit ?). Dès lors, difficile de se soucier de leur sort... La provoc’ facile ne suffit pas, même relayée par des effets prosthétiques au réalisme confondant (super boulot d’Isabella Marchesse) et par les charmes de ses actrices, généreusement dévoilés. Macarena Carrere, on t’aime... toi et ta mini-jupe à sequins argentés ont illuminé la scène du Ciné 2 !

1er mai 2018 à 08:05 | Par Alan Deprez

2 etoiles

Présenté comme un Serbian Film chilien, Trauma est une bande qui a bâti sa réputation sur deux séquences vomitives placées en début de métrage. Par la suite, le film de Lucio Rojas devient un rape and revenge somme toute classique et pas très inspiré.

1er mai 2018 à 08:05 | Par Damien Taymans

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 56382 photo 56383 photo 56384
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
La Femme la plus assassinée du monde
2018
affiche du film
Trench 11
2017
affiche du film
Anon
2018
affiche du film
Flashburn
2017
affiche du film
Avengers 3 : Infinity War
2018
affiche du film
White Chamber
2018
affiche du film
Framed
2017
affiche du film
Human, Space, Time and Human
2018
affiche du film
Tokyo Ghoul
2017
affiche du film
Maquia: When the Promised Flower Blooms
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage