Critique de film

pub

Vincent le magnifique

"Vincent le magnifique"
affiche du film

Il y a longtemps dans une vallée reculée dont personne n'a jamais su le nom, vivait Vincent. Vincent est un magicien qui tente chaque soir le numéro de la femme coupée en deux. Ignorant la nécessité d'un trucage, il transforme jour après jour les alentours du cabaret où il se produit en cimetière...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Vincent le magnifique - La fille coupée en deux
Par : Damien Taymans

L’histoire se déroule il y a longtemps, dans une vallée reculée dont personne n’a jamais su le nom. Vincent est un magicien ignorant la nécessité d’un trucage dans le numéro de la femme coupée en deux. Un soir, son idole lui apparaît. Le célèbre Blackstone lui révèle le secret. En route pour la gloire ?

Depuis 2006, l’idée de Vincent le magnifique germe dans l’esprit du réalisateur Pascal Forney, déjà auteur de deux courts-métrages de fiction décalés dans lesquels l’absurde et le fantastique se côtoient abondamment. Lui-même illusionniste, Forney décide de concilier deux univers qu’il connaît bien et qui possèdent de nombreuses similitudes puisqu’ils recourent tous deux à l’imaginaire du spectateur par le truchement de l’illusion des apparences et qu’ils entraînent un égal désir de starification subtilement souligné par l’auteur via les victimes consentantes qui sont éblouies par la capacité de Vincent, prestidigitateur non averti, à propulser ses assistantes dans "l’autre monde", bercées d’illusions par les prétendues expéditions en Amérique des assistantes éphémères qui emplissent le cimetière local. Symbole également du manque d’esprit critique d’une assistance bluffée par le spectacle proposé, devenu incapable de faire la part des choses entre le show et la réalité. A ces données s’ajoute une critique en filigrane de la société de consommation dont Vincent se fait le porte-étendard, entassant les corps pour assouvir son simple besoin de reconnaissance et payant si besoin est les services de ses assistantes en s’adonnant aux dessous-de-table.

Mais, bien plus qu’une peinture sociologique adroite, Vincent le magnifique s’appuie sur une intrigue singulière centrée sur un personnage pour le moins cocasse et touchant. Une habitude pour le cinéaste qui adopte volontiers les figures étranges au détriment de celles archétypales qui dominent habituellement un cinéma souvent incapable de sortir des sentiers battus. Narrateur doué, impressionnant metteur en image, Forney transpire surtout la passion qu’il met au service de ses réalisations. Projet passionnel à l’instar de sa production basée sur les dons du public qui avait la possibilité de parrainer les images de la pellicule afin de soutenir cette ambitieuse odyssée.

Vincent le magnifique, couronné au NIFFF du prix Narcisse, ne souffre aucunement du complexe éponyme, malgré son titre relevant en apparence de l’onanisme. Dix-neuf minutes de bonheur et d’évasion dans un univers malsain mais jubilatoire, dans un monde parallèle pictural où chaque détail importe et apporte sa pierre à cet édifice démesurément excitant.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage