L’IMAGE DU JOUR

WALKING DEAD Tome 1 - Passé décomposé

18 août 2010 | Par : Quentin Meignant

Titre Walking Dead Tome 1 – Passé décomposé

Titre original Walking Dead

Scénario Robert Kirkman

Dessins Tony Moore, Charlie Adlard

Année 2004

Editeur Delcourt

Année d’édition 2007

Note 9/10

Résumé

Le monde tel que nous le connaissions a disparu.
Une épidémie, aux proportions apocalyptiques, s’est abattue sur cette Terre, où les morts se lèvent pour se nourrir des vivants. En quelques mois, la société est tombée en poussières.
Plus de gouvernements, plus de magasins d’alimentation, plus de courrier, plus de télévision.
Plus rien. Dans un monde gouverné par les morts, nous sommes obligés de commencer à vivre, enfin.

Plus que le lancement d’une simple série de comic books à succès, Walking Dead Tome 1 constitue tout simplement une œuvre de référence qui va, d’ici peu, connaître les joies d’une adaptation au petit écran par le grand maître Frank Darabont. Après tout, quoi de plus normal pour une œuvre qui lança définitivement la mode des zombies dans les comic books ?

C’est d’ailleurs en véritable passionné de cinéma de genre que Robert Kirkman construit rapidement son intrigue. Lorgnant avec habileté sur ce qui se fit de mieux dans le domaine des morts-vivants, le scénariste bâtit son récit autour d’un personnage principal, Rick, abandonné dans un hôpital de la ville d’Atlanta. Ce lieu est dévasté par ce qui ressemble à une invasion de zombies et Rick n’a plus qu’une idée en tête : retrouver sa famille.

Débutant tel un road movie solitaire, Walking Dead Tome 1 se transforme bien rapidement en une véritable épopée s’intéressant tant au phénomène horrifique en lui-mêmequ’à la psychologie des êtres humains mis en présence. Développé tel une lutte pour la survie en territoires ennemis, ce premier volet des aventures de Rick et de ses nombreux (pour l’instant !) compères donne ainsi autant dans le gore, par l’entremise d’éviscérations plus que réalistes, que dans l’émotionnel, l’auteur parvenant à dépeindre un panel de sentiments assez impressionnants, rendant ses personnages automatiquement adorables ou détestables.

Walking Dead : Passé Décomposé regroupant les six premiers tomes américains, deux dessinateurs aussi convaincants l’un que l’autre se sont succédés, pour le plus grand plaisir de nos mirettes, éclaboussées par les effusions de sang en noir et blanc.

Tout simplement formidable, le premier opus de la saga Walking Dead constitue une rampe de lancement idéale à l’œuvre d’ores et déjà légendaire de Robert Kirkman.

Ajouter un commentaire

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Image du jour

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage