Critique de film

pub

War of the Worlds: Goliath 3D

"War of the Worlds: Goliath 3D"
affiche du film

1899 : les Martiens arrivent sur la Terre afin de voir s’il y fait bon vivre. Une centaine de millions de morts plus tard, ils repartent à cause d’un satané germe qui les empêche d’asseoir leur domination. 1914 : Theodore Roosevelt dirige l’A.R.E.S., une sorte de section de commandos d’élite créée dans le but de faire le ménage si des extra-terrestres désiraient revenir de manière peu amicale. Mais voilà la guerre entre humains éclate. Les Martiens décident donc de profiter de cette Première Guerre mondiale pour organiser leur come-back.

pub


Trailer - War of the Worlds : Goliath (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de War of the Worlds : Goliath - La Guerre immonde
Par : Damien Taymans
Tags : BIFFF 2013

1899 : des saloperies de Tripodes attaquent la Terre tandis que H.G. Wells grattent le papier pour en faire un roman à sensation. Quelques millions de morts plus tard, les machines remballent leur panoplie létale, amoindris par des germes bactériologiques. Bien conscients que les antibiotiques ne doivent pas devenir automatiques, les Ricains montent une garnison de défense de la planète destinée à enrayer toute nouvelle tentative d’assaut des petits hommes verts. Son nom : un acronyme (A.R.E.S.) qui rappelle justement la divinité belliqueuse des Grecs anciens. Sa fonction : botter le cul des Martiens en utilisant escadrilles et bataillons de Tripodes maison. Une belle initiative vu que les cieux semblent peu cléments et annoncent une belle giboulée de Mars alors que le gros des troupes est réquisitionné pour un autre conflit entre des Schleus et des Camemberts qui menace de secouer l’Europe...

Prometteuse, cette séquelle alternative au roman de Wells dévoile tous ses atouts lors des quinze premières minutes : un Roosevelt en ministre de la guerre qui mériterait à lui seule la cour martiale à défaut de la martienne, une tripotée de Tripodes tout droit issus du roman originel, une version steampunk des forces armées symbolisée par le Léviathan, leur vaisseau-maître et une poignée de belligérants se taquinant l’orgueil patriotique en multipliant les préjugés raciaux (une lutte fratricide entre compagnons britanniques en cache une autre entre vrais frangins irlandais fréquentant l’IRA). Si esthétiquement, l’animé montre toutes ses limites dès la première bobine, elle montre l’étendue de sa carence narrative par la suite : les personnages demeurent coincés dans leur stéréotype (le Général spécialiste ès punchlines bessoniennes) et le récit s’embourbe dans les déserts d’Albuquerque à mesure que les machines dévastées révèlent en s’écrasant d’autres hordes de nouveaux engins à éliminer.

War of the Worlds : Goliath se cantonne à quelques effets pyrotechniques façon Michael Bay (mais en moche, un comble !) pour alimenter un récit simpliste, à mille lieues de ce que les prémisses de l’œuvre semblaient promettre.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 37914 photo 37913 photo 37912
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Rampant
2018
affiche du film
Le Cercle 2
2005
affiche du film
The 7th Floor
2013
affiche du film
Alien Crystal Palace
2018
affiche du film
Blackwood, le pensionnat
2018
affiche du film
Tigers Are Not Afraid
2017
affiche du film
Errementari : Le forgeron et le Diable
2017
affiche du film
Along With the Gods : Les Deux Mondes
2017
affiche du film
Await Further Instructions
2018
affiche du film
Border
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage