Critique de film

pub

Wendigo

"Wendigo"
affiche du film

Kim, George et leur fils de 8 ans Miles sont une famille comme les autres. Alors qu'ils partent en week-end dans un chalet situé en pleine forêt, un accident va changer leur vie et déclencher des événements étranges menant au réveil d'un esprit vengeur et féroce : le Wendigo. Pour la petite famille l'horreur commence...

pub


Trailer - Wendigo (2001)
Par : Damien Taymans


Wendigo - Trailer par ohmygore

Les critiques à propos de ce film

Critique de Wendigo - Urban legend
Par : Damien Taymans
Tags : Monstres

Alors qu’ils se rendent dans un petit chalet campagnard afin d’y passer un mignon petit séjour en famille, un couple et leur enfant, Miles, heurtent un cerf en voiture. L’ennui, c’est que l’animal était coursé par Otis et ses sbires, des autochtones un brin réfractaires...

Le wendigo, au fond, qu’est-ce que c’est ? Voilà une question qu’il est bien utile de la poser si on ne veut pas passer pour un blaireau dans les soirées mondaines amérindiennes. Selon les légendes autochtones, il s’agit d’un esprit malveillant qui campe habituellement dans des endroits sylvestres et aspire l’âme de pauvres hères transformés en gueuletons de cet appétit vorace. Mi-homme mi-cerf, à l’instar du loup-garou qui contient des essences humaines et animales en son sein (et dans le reste du corps aussi d’ailleurs), le wendigo est d’aspect squelettique et se présente dans des circonstances précises (dans une forêt une fois la nuit tombée, lorsqu’un homme est coupable d’anthropophagie lors d’une famine ou lorsqu’un culte spécifique a été perpétré). Si le thème est effleuré secrètement par quelques métrages épars (le splendide Vorace notamment ou l’épisode des Fear itself Skin and bones de… oh, ben, tiens de Fessenden, les deux exploitant la fibre cannibale de la mythologie), cette œuvre-ci n’exploite que très peu le pouvoir légendaire de la créature pour s’intéresser davantage à cette échappée à la tournure dramatique que vivent les protagonistes.

Evocation d’un souvenir d’enfance pour Larry Fessenden qui entend parler de cette épopée mythique pour la première fois par le truchement de l’un de ses professeurs (dont il réutilise le patronyme pour en affubler son équipée familiale), la légende se voit distillée par très petites touches, se bornant à une réimplantation séculaire via les explications d’un Indien imaginaire. En ce sens, Wendigo ne s’immisce jamais véritablement au cœur de son intrigue, préférant se déverser en une rêverie fantasmagorique enfantine contrebalancée par une tragédie, elle, bien ancrée dans la réalité. La créature fait de furtives apparitions aux desseins assez flous, se penchant sur le corps du paternel étendu dans la neige et s’attaquant à Otis pour le dévorer de son féroce appétit. Emanation éthérée d’un esprit innocent et crédule ou véritable fléau des montagnes canadiennes ? Fessenden ne rejoint jamais totalement l’une ou l’autre explication mais préfère au contraire éviter soigneusement toutes les facilités narratives habituelles des films de monstres. Phagocytant le mythe et la réinvestissant à sa sauce, le cinéaste persévère dans sa vision déstructurelle du cinéma de genre entamée avec les deux premiers opus de sa trilogie monstrueuse (No Telling touchant à Frankenstein et Habit flirtant avec le mythe vampirique). Occasion rêvée pour Fessenden avec ce Wendigo de faire d’une pierre, trois coups en portant sur la toile ses craintes enfantines, en bouclant sa trilogie en usant d’une créature aux parentés lycanthropiques et en glissant un message écologique subliminal (le destructeur de dame Nature est puni). Une thèse écologique en filigrane qui sera davantage approfondie lors de son très efficace The Last winter.

A l’écart des œuvres monstrueuses conventionnelles, Wendigo propose un spectacle certes souvent longuet et à la limite de l’intellectualisme pompeux mais qui s’avère néanmoins fondamentalement intéressant ne serait-ce que par son éloignement des canevas usés d’un genre devenu ultra-balisé.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 36111 photo 36110 photo 36109
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage