Critique de film

pub

The Bay

"The Bay"
affiche du film

La petite ville côtière de Chesapeake Bay doit sa prospérité à l’élément aquatique. Lorsque deux biologistes français relèvent un affolant niveau de toxicité de l'eau et tentent d’alerter le maire, ce dernier refuse de semer la panique dans sa paisible cité. Inaction fatale, puisqu'une épidémie mortelle ne tarde pas à se répandre, qui voit les habitants se transformer en hôtes de parasites mutants qui prennent le contrôle de leurs esprits, tandis que Cheaspeake Bay sombre dans l'horreur…

pub


Trailer - The Bay (2012)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de The Bay - Ecolhorreur
Par : Geoffrey Marmonier

Comme chaque année, la petite ville de Chasepeak s’apprête à fêter le 4 juillet, quand soudain plusieurs habitants sont pris de malaises. D’abord couverts de plaques rouges sur tout le corps, ils décèdent en quelques heures. L’hôpital local est pris d’assaut, la panique se répand, et personne ne semble capable d’enrayer cette épidémie, ni d’en déterminer la cause…

Absent des écrans de cinéma depuis le très rigolo Panique à Hollywood (2008 tout de même), le réalisateur Barry Levinson fait cette année son grand retour d’une façon inattendue. The Bay, son nouveau film, est en effet un found footage horrifique à petit budget. Certes, Levinson a plus ou moins tâté du genre au travers du Secret de la Pyramide et du soporifique Sphère, mais on a du mal a priori à voir ce qu’il pourrait apporter à un genre déjà éculé quelques années après son apparition.

The Bay prend donc le parti de raconter son histoire au travers de multiples caméras, dans le style de Diary of the Dead, prenant le prétexte d’une enquête montée par une jeune journaliste pour faire éclater la vérité sur les événements tragiques survenus à Chasepeak. Soyons clair tout de suite, The Bay ne brille pas vraiment par son originalité. Outre son emprunt de style à Diary of the Dead, le scénario est un mélange de Mutations de Juan Piquer Simon (avec ses limaces mutantes carnivores) et des Dents de la Mer (autorités incompétentes, signes précurseurs que personne n’écoute, héros seul contre tous, etc).

Mais là où The Bay tire son épingle du jeu, c’est dans la façon dont il crédibilise le déroulement des événements et son argument horrifique. Car sous ses dessous de péloche horrifique choc (les images gores sont légion), The Bay pose de vraies questions sur les responsabilités des élus et les dommages de la société de consommation dans la pollution des ressources naturelles (ici la contamination est due à de la fiente de poulet qui s’est répandue dans l’eau potable de la ville). Et malgré son absence de point de vue unique (le seul vrai personnage central est l’agaçante journaliste racontant les événements), et malgré quelques grosses incohérences (comment se fait-il que la contamination générale se déclenche d’un coup comme par hasard le jour de la fête nationale ?), The Bay parvient à faire froid dans le dos plus d’une fois, tant on se dit que les événements relatés pourraient potentiellement se produire.

Au final, si on est loin d’une éclatante réussite comme REC, The Bay est une bonne surprise, un found footage solide qui remplit parfaitement son but d’effrayer tout en faisant (un peu) réfléchir.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage