Critique de film

pub

What The Waters Left Behind

"Los olvidados"
affiche du film

Les pérégrinations d’un groupe de jeunes gens plein d’avenir dans un road trip à destination des ruines de la ville Epecuén, afin d’y tourner un documentaire. Située à Buenos Aires en Argentine, Epecuen est notamment célèbre pour avoir été engloutie par les eaux avant que celles-ci ne s’effacent pour laisser place à une véritable ville fantôme. Ignorant les dangers et avertissements, la bande se rend sur les lieux abandonnés. Ils constatent sur place que l’endroit est loin d’être inhabité…

pub


Trailer - What The Waters Left Behind (2017)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de What the Waters left Behind - Massacre à la tronchonneuse
Par : Quentin Meignant
Tags : BIFFF 2018

Auteur voici une grosse paire d’années de la petite pépite Francesca qui rendait hommage aux plus belles heures du giallo, le réalisateur argentin Luciano Onetti, cette fois accompagné de son frère au niveau de la mise en scène, vient de livrer What the Waters left Behind, aka Los Olvidados. Présent au sein de la sélection du BIFFF 2018, le métrage suit un groupe de documentariste qui tentent de retracer les événement qui ont causé la perte du village d’Epecuen, une bourgade engloutie par les eaux en 1985. Libéré de sa flotte 24 ans plus tard, l’endroit recèle un terrible secret : une bande de rednecks vengeurs prêts à tout pour se faire de la bidoche gratuite et prendre une revanche sur leur destinée aussi humide que triste. Les reporters n’ont donc plus qu’à bien se tenir.

Un peu à la manière du magnifique Francesca, c’est au niveau de la forme que ce Los Olvidados marque d’abord les esprits. Le film recèle tellement de charme au niveau de sa photographie et de travail au niveau des décors que l’on ne peut qu’en tomber amoureux. Qu’il soit extérieur, avec de magnifiques plans d’ensemble ressemblant à s’y méprendre à un piège à ciel ouvert, ou intérieur, avec une foule de détails marquants créant d’emblée une atmosphère craspec très particulière, le décorum permet à Luciano Onetti de jeter les bases d’une petite perle.

Mieux, après la mise en place réussie de l’intrigue dès les premiers instants et la caractérisation au scalpel de la plupart des personnages, le duo de metteurs en scène se livre à la relecture de la plupart des classiques du genre slasher. Imaginatif en diable au niveau des tortures et du sadisme, Los Olvidados ne sombre jamais dans les lourdeurs inhérentes au genre si ce n’est lors d’une scène de repas ressemblant d’un peu trop près à celle de Massacre à la Tronçonneuse 2. Hormis cet élément un brin trop gros, la seconde partie de l’oeuvre offre un regard de qualité sur le sous-genre donnant par ailleurs lieu à quelques scènes très spectaculaires.

Petite série B traitée avec le plus grand soin et dotée d’un twist appréciable, What the Waters left Behind est un mets de choix dans un domaine trop souvent pillé par des réalisateurs en manque de sensations et à la recherche de gros sous. Inventif, clairement pensé et étudié visuellement, le métrage des frangins Onetti a tout d’un grand film à petit budget.

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



News liées

Récentes critiques

affiche du film
The Dead Center
2018
affiche du film
Ride
2018
affiche du film
Kasane – Beauty and Fate
2018
affiche du film
Superlópez
2018
affiche du film
Quiet Comes the Dawn
2019
affiche du film
Brothers' Nest
2018
affiche du film
The Room
2019
affiche du film
Pokémon: Détective Pikachu
2019
affiche du film
Extremely Wicked, Shockingly Evil and Vile
2019
affiche du film
La Malédiction de la Dame blanche
2019

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage