Critique de film

You're Next

"You're Next"
affiche du film
  • Genre : Horreur - Slasher
  • Année de production : 2013
  • Sortie belge : 0000-00-00
  • Réalisateur : Adam Wingard
  • Pays d'origine : USA
  • Scénariste : Simon Barrett
  • Musique : Mads Heldtberg
  • [
  • Bande annonce
  • ]
  • Casting : Sharni Vinson, Ti West, AJ Bowen, Nick Tucci, Wendy Glenn, Rob Moran, Barbara Crampton
  • Récompenses :

Durant une réunion familiale, les Davidson sont attaqués par un effrayant groupe de psychopathes, tous plus sadiques les uns que les autres. Barricadés dans leur maison de vacances, au milieu de nulle part, ils sont livrés à eux-mêmes et n'ont d'autre choix que d'affronter cette bande de déséquilibrés.

Les critiques à propos de ce film

Critique de You’re next - Un slasher sachant s’lâcher
Par : Damien Taymans


La famille Davison s’apprête à célébrer l’anniversaire de mariage de ses aînés. Tout le monde s’installe autour de la table et s’apprête à faire du dîner un paroxysme de convivialité et d’amour. Les reproches fusent, chacun ajoute sa petite pique pour acculer l’autre. La joie des retrouvailles est à peine entamée qu’une série de flèches traversent les vitres du salon et viennent blesser les convives. La soirée s’annonce longue et violente...

"Au suivant, au suivant". A force de ressasser le refrain de Brel à chaque nouvelle œuvre d’Adam Wingard, l’espoir de voir cet amoureux du cinéma de genre et expert en système D trousser une bande capable de mettre tout le monde d’accord s’est essoufflé. You’re next, slasher aussi classique qu’inventif pourrait être ce coup de semonce destiné à mettre à l’amende tous les détracteurs du cinéaste. Cette œuvre d’apparence classique met le pied à l’étrier dès ses toutes premières minutes : en quelques plans, le bodycount s’affole tandis qu’une réunion de famille aux allures de Festen suffit à identifier les forces en présence et à acidifier le tableau. En guise de causticité, Wingard et Barrett déconstruisent la famille américaine archétypale en insistant sur les inimitiés régnant dans le clan Davison, censé se retrouver et célébrer dans la joie et l’allégresse l’anniversaire de mariage des parents. L’exposition s’arrête net dès qu’une première flèche pénètre dans le salon, bientôt suivies de dizaines d’autres destinées à dézinguer l’entièreté de la maisonnée. Ou presque, puisque les co-auteurs s’amusent à pousser encore un peu plus l’écaillement du vernis par une série de twists minutieusement agencés au sein de l’intrigue.

A défaut d’être décalé (les poncifs même détournés restent dans la lignée de ceux des aînés), You’re next revigore pour l’ingéniosité de certains choix scénaristiques. Il en est ainsi de la sempiternelle final girl devenue... initial girl qui, dès le début des hostilités, illustre sa vigueur et sa force par une série de kicks et de pièges mettant à mal les plans des assaillants. Autre réjouissance : le récit offre un strapontin aux méchants, bien loin de l’image monolithique des Myers, Vorhees et consorts qui (attention, ça spoile) iront jusqu’à tomber le masque pour acquérir un surplus d’humanité. Assurément, You’re next mérite amplement la réputation qui l’a précédé : le film de Wingard est un putain de slasher qui sait vraiment s’lâcher...


Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage