Critique de film

pub

Exam

"Exam"
affiche du film

Huit personnes sont censées passer la dernière épreuve d'une série de tests dont ils se sont sortis jusque là. Ils sont là pour décrocher un poste important dans une entreprise puissante et mystérieuse. Problème : l'instructeur leur a donné quelques informations : ils ne doivent pas communiquer avec le surveillant (qui est armé), ni avec l'instructeur, ils ne doivent pas endommager leur feuille, ils ne doivent pas tenter de quitter la pièce. Sinon, ils sont éléminer de l'épreuve. Autre problème : il n'y a aucune question sur leur feuille.

pub


Trailer - Exam (2009)
Par : Damien Taymans


Exam Bande-annonce par toutlecine

Les critiques à propos de ce film

Critique de Exam - Recalé
Par : Damien Taymans

Huit personnes concourent à l’obtention d’un poste à responsabilités dans une des plus grandes multinationales de la planète. Huit partants pour un seul gagnant. Le front en sueur, les candidats prennent place face à une feuille sur laquelle est indiquée leur numéro d’ordre. Ils reçoivent des consignes très strictes : personne ne doit adresser la parole ni au garde ni à l’instructeur, personne ne peut quitter la pièce, personne ne peut abîmer volontairement ou accidentellement sa feuille, sous peine de disqualification. Ils disposent de quatre-vingts minutes pour résoudre une question... invisible...

Avant de co-écrire le script de Paradise Lost avec Lawrence Kasdan (réal de l’infâme Dreamcatcher, faut-il le rappeler ?), le néophyte Stuart Hazeldine signe le script et la réal d’Exam, un thriller à énigme dans la lignée de Saw et de Cube, le côté sanglant en moins. Car, si sur papier le synopsis paraît alléchant, cette première fournée est loin d’être convaincante. La promesse d’un huis-clos asphyxiant se voit étouffée par les trop nombreux méandres du développement scénaristique, le rythme s’essouffle sitôt la moitié du métrage entamée, les stéréotypes pleuvent et réduisent à néant toute possibilité de développement psychologique un tant soit peu pertinent. L’habituel casse-tête insoluble suscite une myriade de questions auxquelles le spectateur rechigne à répondre, à l’instar des personnages qui occupent la plupart de leur temps à s’invectiver et à diminuer leurs compères dans l’espoir d’être, au fur et à mesure, de moins en moins nombreux en lice.

Les louvoiements techniques franchis (la feuille est passée devant la lumière des halogènes puis naturelle avant d’être filtrée par des infrarouges), l’instauration d’une lutte de pouvoir se met en place, menée tambour battant par le leader auto-proclamé du groupe (qui, en passant, a affublé chaque membre du groupe d’un surnom en rapport avec la couleur de peau ou des cheveux de ses congénères, à la manière patronymes colorés de Reservoir dogs). De son entrée à sa conclusion, Exam se contente de compiler les clichés, de cultiver le prévisible et de napper l’ensemble d’un soupçon d’improbabilité, beaucoup plus prégnant lors de son insatisfaisant final.

Doté d’un potentiel certain, ce premier long de Stuart Hazeldine s’égare rapidement dans les méandres de son script alambiqué et, il faut l’avouer, au final peu passionnant.


Commentaires sur le film

exam

2 etoiles

daube Daube !

Long tres long trop long

28 juillet 2013 à 09:07 | Par popa

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 21133 photo 21134 photo 21135 photo 21136 photo 21137 photo 21138
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage