Critique de film

pub

Fading of the Cries

"Fading of the Cries"
affiche du film

Le Mal est ressuscité dans une petite ville et le seul individu pouvant stopper les hordes de démons n’est autre qu’un jeune homme armé d’une épée.

pub


Trailer - Fading of the cries (2010)
Par : Damien Taymans

Les critiques à propos de ce film

Critique de Fading of the Cries - Fantaisie héroïque
Par : Damien Taymans

Dans sa petite ville aussi animée qu’un faubourg polonais un dimanche pluvieux, Sarah s’emm... ferme et n’a d’autre loisir que de traîner, en compagnie de sa meilleure amie Emily dans les rues désertes en descendant de la gnôle et en évoquant les fantômes du passé. Comme ce cher oncle Michael trop tôt disparu dont la dernière demeure reste depuis inhabitée. C’est à quelques pas de la masure que les filles sont agressées par une horde (le mot est faible) de zomblards survitaminés. Sarah échappe de peu au carnage grâce à l’intervention de Jacob, chevalier des temps modernes, qui tranche de sa lame rutilante dans le lard des morts-vivants. Jacob lui conte alors une histoire acadabrantesque à laquelle prennent part un nécromancien, un pendentif magique, un tonton hanté par la magie noire, une épée ancestrale dotée de pouvoirs magiques, des zombies, on en passe et des bien pires...

What the fuck ? Le père Metcalf devait être sacrément ravagé quand il a pondu pareil récit. A la fois réalisateur, scénariste et responsable des effets spéciaux (l’essentiel de son background comme La passion du Christ sur lequel il est absent du générique), Brian A. Metcalf convie pour sa première œuvre le gotha de l’heroic fantasy tendance gothique forcé de s’effleurer dans un décor ténébreux inspiré des univers de James O’Barr et Alan Moore à souhait, sous un déluge d’effets "tout numérique" rarement convaincants. Si elle pare l’ensemble d’une esthétique globalement qualitative pour une série B revendiquée, la digitalisation sert dans le même temps de cache-misère pour ce gloubi-boulga scénaristique qui jongle sans la moindre cohérence avec les thématiques de la magie noire traditionnelle (symboles, parallélisme des mondes des morts et des vivants, nécromancie). Perdu dans ce dédale aux relents des pires exploitations héroïc de type Bloodrayne ou Donjons et Dragons, le spectateur se retrouve en outre baladé entre plusieurs tableaux tantôt surréels (les catacombes de la cité) tantôt naturels (la demeure de la famille de Sarah) et plusieurs époques (le récit revient ponctuellement sur les événements déclencheurs du cataclysme).

Même le jeune Jordan Matthews, héritier lointain du Tom Cruise de Legend, du Brandon Lee de The Crow et du Keanu Reeves de Constantine, finit par s’interroger sur cet atavisme bâtard lorsqu’il lutte en plein champ de maïs avec un gnome masqué armé d’une double serpe qui se métamorphose ensuite en un nuée d’oiseaux. La dernière séquence de l’œuvre consacrée à l’affrontement tant attendu, celui opposant Jacob le chevelu au nécromancien, campé par Brad Dourif, illustre à elle seule l’entièreté de ce nanar de luxe : une action inexistante, des répliques ronflantes serinées par une pléiade de cachetonneurs, le tout sublimé par une pluie de poussières d’or.


Commentaires sur le film

Des lois devraient exister pour empêcher ça...

1 etoiles

daube Daube !

Liste des choses non-mais-franchement-c’est-pas-possible de ce film : clichés d’épouvante à la pelle ; météo orageuse perpétuelle avec éclairs & tonnerres incessants ; le méchant sombre & ténébreux, cheveux longs, robe de sorcier, maquillage noir sous les yeux pour faire encore plus sombre & ténébreux ; le héros sombre & ténébreux aussi, cheveux longs, robe de Matrix, maquillage blanc sur la peau pour faire encore plus sombre & ténébreux ; les zombis qui sont 4 puis 2500, pouf, qui courent, se battent, font des sauts périlleux arrières mais qui sont pas foutus de monter sur un escabeau pour poursuivre leurs proies ; la musique qui... oh j’ose même pas en parler. Les incohérences, idem. Les dialogues ? Le scénar ? … Beurk !
Non, vraiment, rendez-vous ce service, ne regardez pa

29 mars 2013 à 01:03 | Par Llewellyn

1 etoiles

daube Daube !

DE LA GROSSE MERDEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEEE, AUCUN INTERET, ACTIONS TOUTES POURRI, BREF JE DECONSEILLE FORTEMENT.

26 novembre 2013 à 16:11 | Par LEGER
J’assume mes goûts douteux.

5 etoiles

coups de coeurCoup de coeur !

Je l’aime parce qu’il est nul. J’ai pas d’autre argument.

Le trailer avait l’air super, autant dire que je me suis pris une claque monstrueuse en voyant arriver les zombies, et les effets spéciaux. J’ai dû arrêté de le regarder au bout de 5mn. Oui, c’était ma première expérience avec un film pourri à ce point, en plus j’avais pas été prévenue (mais c’est ma faute, j’aurai dû lire les critiques...), et du coup ça m’a fait imploser le cerveau
.
Puis ma curiosité malsaine a pris le relais quelques jours plus tard : jusqu’où ce film pouvait-il aller dans le catastrophique ?
Merveilleusement loin. Au bout d’un moment, ça en devient hypnotique.
(Je conseille la VF, elle rajoute une dimension à la null

15 septembre 2017 à 01:09 | Par Une folle de passage

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Galerie photos

photo 22030
Voir la galerie complète

Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage