Critique de film

pub

Jouets démoniaques

"Demonic toys"
affiche du film

La nuit tombée, un duo de flics,donne rendez vous à des truands dans une zone inquiétante.le piège découvert, le règlement de comptes éclate et les flics coursent leurs proies dans un entrepôt désaffecté d'un fabriquant de jouets. A l'intérieur, ils sont rapidement les jouets de peluches sanguinaires, de robots maléfiques commandés par un enfant diabolique...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de Demonic toys - Saletés de jouets !
Par : Damien Taymans

Originellement intitulé Dangerous Toys, Demonic Toys fait partie de ces fleurons "ludico-gore" de l’écurie Full Moon qui dépeignent les révoltes organisées par des jouets à l’encontre des humains qui les ont abandonnés. Après avoir produit dans les années 80 Dolls (Stuart Gordon, 1987) et Puppetmaster (David Schmoeller, 1989) via Empire productions, Charles Band persévère avec Full Moon dans la production de bandes horrifiques low budget souvent à base de petits êtres démoniaques (trolls, bonshommes de pain d’épice ou poupées carnassières, au choix) qui font joujou avec des adversaires démesurés, bipèdes de préférence, dont les yeux s’écarquillent face à ces improbables gadgets animés.

Demonic Toys s’inspire fortement des précédentes livraisons des usines de Charles Band ainsi que de Child’s play qui vient de relancer une mode pourtant remise préalablement au goût du jour par Empire. Au script, le jeunot David S. Goyer alors coupable des scénars de deux films de fight Coups pour coups (avec JCVD) et Kickboxer 2. Pour son premier travail dans le registre de l’horreur, Goyer est soumis aux conditions rock’n’roll de l’empire Full Moon : un poster promotionnel flanqué sous ses yeux avec pour mission d’en tirer un script cohérent sous une huitaine de jours. Du coup, l’histoire s’en ressent : deux truands, une femme flic, un livreur de poulet et un gardien vétéran de la guerre de Corée se retrouvent coincés dans un entrepôt d’anciens jouets ranimés par le sang d’un des malfrats. Pas gentilles pour un sou, les monstrueuses créatures blessent et dévorent les mécréants qui les toisent du haut de leur mètre soixante-dix.

La galerie est digne d’un musée des horreurs pour Lilliputiens : une poupée atteinte de calvitie aux dents acérées, un ours en peluche gargantuesque, un robot qui tire au laser, le tout dominé par un esprit démoniaque prompt à faire trembler d’effroi le plus placide des gardes de Buckingham Palace. Du lourd, du très lourd lâché avec un premier degré qui frise le génie.


Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018
affiche du film
Impossible Crimes
2019
affiche du film
The Soul Conductor
2018
affiche du film
Stray
2019
affiche du film
Dark, Almost Night
2019
affiche du film
The Dead Center
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage