Critique de film

pub

Meurtres à la Saint-Valentin 3-D

"My Bloody Valentine 3-D"
affiche du film

La petite ville minière de Harmony est secouée par un terrible drame : à cause d'une erreur du débutant Tom Hanniger, cinq mineurs trouvent la mort, et Harry Warden, le seul à en avoir réchappé, est plongé dans le coma. Son désir de vengeance l'amène pourtant à se réveiller au bout d'un an, le jour de la Saint-Valentin, et il tue vingt-deux personnes avant d'être lui-même abattu... Dix ans plus tard, Tom Hanniger revient dans la ville de Harmony, toujours hanté par son erreur aux conséquences dramatiques. Retrouvant son ancien amour Sarah, désormais mariée à son ami Axel devenu chef de la police, il espère pouvoir tirer un trait sur ce passé douloureux. Mais le passé est tenace et, alors que les meurtres se multiplient dans la ville, il devient évident que Harry Warden est de retour pour achever sa vengeance...

pub

Les critiques à propos de ce film

Critique de My bloody Valentine 3D - Bonne Sang Valentin !
Par : Geoffrey Marmonier

Un terrible accident minier fait de nombreux morts dans la petite ville d’Harmony. Le seul survivant, Harry Warden, est retrouvé dans le coma. Mais celui-ci se réveille le jour de la Saint Valentin et massacre le personnel hospitalier avant de s’en prendre à une bande de jeunes venus faire la fête dans la mine. Il finit abattu par la police. Dix ans plus tard, Tom Hanniger (Jensen Ackles), le fils du propriétaire de la mine à qui les habitants ont toujours reproché l’accident, revient à Harmony pour vendre la mine dont il vient d’hériter. Mais son retour s’accompagne de nouveaux meurtres sanglants. Harry Warden serait-il sorti de sa tombe ?

Premier film à ouvrir le bal de la 3D en 2009 (année s’annonçant particulièrement chargée de ce côté, il serait temps que les salles françaises se mettent à s’équiper en projecteurs numériques…), My bloody Valentine est le remake (et oui encore un) d’un petit slasher culte des années 80. Si le côté slasher en 3D pouvait être attirant, difficile cependant d’oublier le désastreux Scar 3D sorti l’an dernier, et surtout d’occulter le fait que le réalisateur de ce remake est le tâcheron Patrick Lussier (responsable entre autres des très mauvais Dracula 2001 et La Voix des Morts 2). Mais une fois n’est pas coutume, My bloody Valentine s’avère une bonne surprise, pas une révolution mais un slasher humble et respectueux du genre, tout en étant très généreux.

Le ton est donné dès le début, puisque Lussier passe très rapidement sur les bases de l’histoire pour directement s’attaquer au cœur du sujet : un bon gros massacre. Et il faut avouer qu’à ce niveau, le bougre sait se montrer généreux et en donne au public pour son argent. Car si le tueur utilise pratiquement toujours la même arme (une pioche de mineur), force est de constater qu’il la manie avec dextérité et de manière fort inventive. Les meurtres sont donc très nombreux et variés (tête empalée sur la pioche, cœur arraché, etc), et souvent extrêmement sanglants, Lussier semblant s’amuser comme un petit fou avec la 3D. Une 3D qui apporte clairement une valeur ajoutée au film en matière de fun. Tout y passe : œil qui gicle vers le spectateur, pioche menaçante ou explosion qui sort de l’écran, mâchoire arrachée et projetée dans la salle, femme en nu intégral (c’est assez rare dans le ciné américain pour qu’on le signale, surtout qu’il ne s’agit pas d’un plan furtif !) dont les seins emplissent la salle…

Le problème, c’est bien évidemment que lorsque le film se calme pour développer une histoire, la mollesse habituelle de la réalisation de Lussier refait surface. On s’ennuie donc ferme dans les quelques passages dialogués, heureusement peu nombreux. L’histoire n’est pas très recherchée (on est dans un slasher, hein) et suit grosso modo l’intrigue du film original en se permettant tout de même quelques variations. Par exemple le whodunit est respecté, mais l’identité de l’assassin a été modifiée (pas très difficile à deviner néanmoins). Les acteurs font un travail correct dans le cadre qui leur est imposé, mais on sera en droit de préférer la prestation de Jensen Ackles dans Supernatural (et on aura raison !), le pauvre s’avérant ici bien fade et peu convainquant dans la dernière partie du film.

Au final, sans devenir une nouvelle référence du genre (ce n’est pas son but, non plus), My bloody Valentine version 2009 s’impose sans peine comme le meilleur film de son réalisateur : un divertissement fun et généreux, respectueux des codes du slasher et tout entier pensé en termes de plaisir immédiat du spectateur. Le film parfait pour une sortie ciné entre potes, en somme.


Critique de Meurtres à la St-Valentin 3D - Pour l’amour du gore
Par : Samuel Tubez

Il n’y a pas que l’amour dans la vie, il y a aussi le gore ! Ce remake du film de George Milhalka (qui date de 1981, soit juste un an après un certain Friday the 13th) où les fleurs sont remplacées par des viscères et ou les cœurs sont soigneusement placés dans les boîtes de chocolats est un pur slasher proposé dans une 3D bien sanguinolente. Un grand moment de romantisme à partager avec sa moitié, donc !

Une petite ville minière est secouée par un terrible drame : à cause de l’erreur d’un débutant, cinq mineurs trouvent la mort, et le seul à en avoir réchappé, est plongé dans le coma. Son désir de vengeance l’amène pourtant à se réveiller au bout d’un an, le jour de la Saint-Valentin, et il tue vingt-deux personnes avant d’être lui-même abattu... Dix ans plus tard, Tom Hanniger revient dans la ville de Harmony, toujours hanté par son erreur aux conséquences dramatiques. Mais le passé est tenace et, alors que les meurtres se multiplient dans la ville, il devient évident que le tueur est de retour pour achever sa vengeance...

Meurtres à la St-Valentin 3D commence fort. Tout de suite, la couleur est annoncée, et elle sera merveilleusement vermeille (dites-le vite 5 fois, vous allez bien rire !). Les premières minutes prennent la forme d’un final de slasher généreusement gore et violent en mettant tout de suite en scène le tueur à la pioche face à une bande de jeunes branleurs (et branleuses). Ensuite, on a vite fait de capter qui était le tueur (un twist ?, mais où ça donc ?) et on découvre une galerie de personnages bien inconsistante. Mais on s’en branle (décidément, c’est de la pure branlette ce film !), car on s’amuse devant ce spectacle où les coups de pioche sont à destination du public et où les mâchoires giclent dans l’assistance. Il y a même un poil de sexe (et même plus qu’un poil si vous regardez bien) pour émoustiller le spectateur équipé de ses lunettes. Tout cela n’est pas hyper immersif ni même effrayant, mais c’est rudement drôle. Par contre, sans relief, le plaisir est plus bref. My Bloody Valentine 3D devient alors mortellement banal et nettement moins fun. Et c’est n’est pas la présence d’un Tom Atkins (Halloween 3, Maniac Cop) qui se demande ce qu’il fout là (et qui est surtout sous-exploité, le pauvre) ni la plastique irréprochable d’une Jaime King (Sin City, The Tripper), brunifiée pour l’occasion, qui rehausse véritablement l’affaire. Mais bon, tant que le sang gicle plus ou moins abondamment, ça fait toujours passer le temps.


Banal dans le fond comme sur la forme (les effets 3D restent tout de même anecdotiques), Meurtres à la St Valentin 3D n’hésite pas à plonger dans un gore parfois outrancier et en remet une couche avec des donzelles qui cavalent le cul à l’air. Le spectacle est donc bien régressif comme il faut et en fera rire plus d’un, à défaut de vraiment les faire frémir.


Commentaires sur le film

fun !

3 etoiles

Slasher bas de plafond avec un body count énorme, des meurtres bien gore, de la bimbo à poil et un rythme plutôt enlevé.
C’est pas génial mais ça détend.

28 mai 2009 à 16:05 | Par hellrick

Donnez votre avis sur le film !

En résumé
ecrire un commentaire sur le film
;



Récentes critiques

affiche du film
Assassination Nation
2018
affiche du film
Escape Room
2017
affiche du film
Ghost Master
2019
affiche du film
Kill Ben Lyk
2018
affiche du film
Antrum: The Deadliest Film Ever Made
2019
affiche du film
The Platform
2020
affiche du film
Werewolf
2018
affiche du film
Play or Die
2019
affiche du film
Ça: Chapitre 2
2019
affiche du film
Cities of Last Things
2018

Cinemag

> Feuilleter

Concours

Sondage